Jeux d’écriture

Ton dernier défi d’écriture : les dialogues (jeu 7)

Voici déjà ton dernier défi d’écriture ! Et tu as déjà commencé à mettre en place la saine habitude de travailler ton écriture. Comme le musicien fait ses gammes, le peintre entretient son coup de crayon et son sens des couleurs, l’écrivain écrit le plus régulièrement possible.

T’es-tu déjà vu progresser ? As-tu senti combien il est agréable d’avoir un peu de discipline en écriture, comme c’est agréable d’avoir des résultats et des progrès tous les jours ? De se lire son texte tous les jours ?

Imagine que tu mettes cela en place pour écrire ton livre, est-ce que ça ne changerait pas tout ?

Maintenant, nous allons travailler sur un écueil bien connu dans l’art du roman : le dialogue. Il faut en écrire pas mal pour commencer à maîtriser l’art du dialogue. Je trouve personnellement que c’est ce que j’ai mis le plus de temps à maîtriser, à réussir. Les dialogues m’ont donné du fil à retordre…

Je ne voulais pas te quitter sans te proposer un défi autour de cela.

Ce qui saute aux yeux dans un dialogue romanesque, c’est sa qualité de naturel. S’il n’a pas l’air naturel, c’est raté. S’il a l’air absolument naturel, c’est gagné. On lui pardonnera quelques défauts. Le dialogue n’est ni tout à fait parlé comme dans la vie ni écrit de manière très littéraire. Il demande de trouver un ton et même des tons différents (chaque personnage doit posséder son ton propre) et un style qui semble naturel à l’oreille de ton lecteur.

Jules Renard
www.osez-ecrire-votre-roman.com

Défi 7 : les dialogues

 

Crée un dialogue entre l’adolescent du jeu 6 d’hier et un adolescent drogué aux jeux vidéo ou aux réseaux.

Comment écrire ce dialogue de façon à le rendre intéressant sans tomber dans le politiquement correct et le débat un peu scolaire ?

Les deux adolescents ne sont pas obligés d’évoquer leur passion respectives – lecture pour l’un, jeux vidéo pour l’autre. Ils peuvent aussi. À toi de voir.

Rédige un dialogue qui retient l’attention et semble vraiment émaner d’adolescents. Le ton, le style, l’état d’esprit de la grande jeunesse sont à surveiller – et maîtriser. Et bien entendu tu as deux adolescents, deux êtres vivants différents : alors il faut que chaque adolescent possède son ton, son style.

Pourquoi des adolescents ? Pour corser un peu le jeu… N’oublie pas, c’est ton dernier Jeu d’écriture de cette semaine de défis !

J’espère que tu as apprécié cette semaine de Défis, qu’elle t’a apporté un petit plus pour cette nouvelle rentrée.

Si tu as éprouvé du plaisir en réalisant ces Jeux,

Et de l’inconfortable car ils t’ont obligé à te dépasser,

Si tu as aimé te sentir progresser en t’amusant, sans la contrainte pesante du résultat que fait peser un projet de livre,

Si tu as envie de poursuivre cette aventure,

Si tu es motivé pour mettre enfin en place l’habitude d‘écrire régulièrement,

Et vraiment progresser dans ton écriture,

J’ai créé des Ateliers Jeux d’écriture d’un mois complet : 31 Jeux d’écriture pour progresser en m’amusant.

Je te laisse regarder. J’ai décidé d’offrir à tout le monde sa chance d’évoluer : ces 31 Jeux d’écriture sont vraiment accessibles à tous.

Imagine comme tu pourrais progresser rapidement si tu continuais durant un mois complet à écrire de cette manière, en travaillant chaque jour un point précis de l’écriture. C’est la meilleure façon de travailler tes techniques d’écriture sans souffrir, uniquement dans le plaisir. Presque sans t’en rendre compte.

À toi de décider. Avec ou sans ces Ateliers de 31 Jeux d’écriture, je te souhaite d’écrire toujours avec passion.

Et maintenant, à ta plume, ton clavier pour ce dernier jeu d’écriture !

٭٭٭٭٭

٭٭ Formations en ligne : à consulter ici

٭٭ Réécriture : à consulter ici

٭٭ Mes livres : à consulter ici

Recherches utilisées pour trouver cet article :défis écriture chanson, Des jeux en ligne pour améliorer son style de rédaction, https://www osez-ecrire-votre-roman com/category/jeux-decriture/

Les personnages, c’est de la vie… Défi et jeu d’écriture 6

Tu commences certainement à te sentir plus à l’aise et plus réactif face à ces jeux d’écriture. Alors je te propose un défi un peu plus ambitieux encore !

Si tu as été régulier jusque-là, tu as pu te rendre compte de l’importance de la régularité pour délier ton esprit et ta fluidité dans l’écriture.

Et si tu as déjà cette pratique régulière, tu as vu combien il est facile de progresser sans se mettre la pression avec des Jeux d’écriture. Et de progresser sur tous les plans avec les Jeux d’écriture parce qu’on peut y traiter tous les types de difficultés.

Histoire de s’assouplir encore l’esprit et de fabriquer un personnage, ʺmonterʺ un personnage, travaillons justement sur les personnages…

 

Henri Bergson
www.osez-ecrire-votre-roman.com

Défi 6 : les personnages

 

Crée quatre personnages radicalement différents les uns des autres en quatre textes. Parle de leurs aspects physiques et psychologiques en établissant des corrélations entre les deux, de façon que chaque personnage semble cohérent et surtout vivant. Décris-les à la troisième personne. Si tu as de l’inspiration, tu peux même écrire une petite histoire à propos de chacun.

Tes personnages :

 

en 1974, un musicien soul de La Nouvelle-Orléans, âgé de vingt ans, remporte ses premiers succès. (Bon à savoir : la musique de La Nouvelle-Orléans accompagne toujours les chansons d’un piano et un saxophone)

un adolescent français atypique s’intéresse davantage, et même passionnément, à lire des livres qu’aux jeux vidéo et aux réseaux sociaux

un chien vient de trouver une famille d’accueil après avoir été arraché par la SPA à un maître brutal et taré

une femme chinoise de 34 ans plante le riz à longueur d’années dans les rizières de son village, dans les années 1980

Je te laisse à ta plume pour ce nouveau défi.

Surtout amuse-toi, prends du plaisir, imagine, visualise. Si tu jubiles en écrivant un texte, ton lecteur jubilera aussi. Ta jubilation, c’est la jubilation du lecteur ! Mets-y de la vie, beaucoup de vie : un personnage, c’est un condensé de vie.

N’oublie pas de lire les textes des participants ci-dessous en commentaire et de poster tes propres textes. Et de donner ton avis, bien sûr.

On se retrouve demain pour le dernier défi ! Déjà !

 

Et si tu veux aller plus loin, c’est ici (le tarif est dérisoire, moins d’un café par jour !) : 31 Jeux d’écriture pour t’améliorer en t’amusant 

Avec en bonus un groupe privé Facebook pour partager tes jeux d’écriture et rencontrer des passionnés d’écriture comme toi.

Tu embarques ?

Recherches utilisées pour trouver cet article :https://www osez-ecrire-votre-roman com/personnages-vie-defi-jeu-decriture-6/

Jouer avec tes émotions : jeu d’écriture 5

Alors comment te sens-tu ? Progresses-tu ? Ressens-tu une agréable satisfaction quand tu réalises que tu as écrit tous les jours depuis le commencement de ce défi ?

Et si tu as manqué des défis, qu’est-ce qui t’empêche de continuer quand même avec celui-ci ? Les faux-pas sont monnaie courante quand on fait son premier défi de jeux d’écriture. C’est pour cela que j’ai voulu te faire cadeau de celui-ci. Pour t’aider à mettre une bonne habitude en place. Si je pensais que c’est si facile, je ne l’aurais pas créé !

Alors si tu n’as pas réalisé tous les Jeux, pas de panique : fais celui-ci tout simplement ! Rédige-le tout de suite, c’est aussi simple que ça. Ne repousse pas, fais-le maintenant. C’est une règle de base. Ce qui ne veut pas dire qu’elle est simple à mettre en place. Ne repousse pas ton écriture à plus tard. Particulièrement si tu écris une œuvre de longue haleine comme un roman : c’est beaucoup plus aisé d’écrire régulièrement avec ce type d’ouvrage.

Allez, on y va ! Après nos sensations, exprimons nos émotions… Toutes les éducations de  toutes les civilisations nous poussent plutôt à les camoufler, alors pour certains d’entre nous il est difficile de les décrypter, les sentir et les faire ressentir. Je trouve donc très important de s’y intéresser de près. Plonge dans les profondeurs de ton personnage ! Et apprends à te mettre dans la peau de n’importe quel personnage !


 5ème défi : les émotions

 

Si tu es une femme, endosse la peau d’un homme. Si tu es un homme, endosse la peau d’une femme.

Ton enfant vient de naître. Décris tes émotions de père si tu es une femme. Décris tes émotions de mère si tu es un homme.

C’est un défi intéressant, n’est-ce pas ? C’est peut-être même un peu déstabilisant ! L’objectif est de travailler sur les émotions donc privilégie cet aspect. Pour cela, il faut savoir s’immerger dans l’intériorité d’un personnage…

Rédige à la troisième ou la première personne une page au minimum.

Passionnant, non ? Considérer ce qu’on n’avait peut-être jamais pris en considération auparavant ! Se glisser dans la peau de l’autre… Et quand on est écrivain de roman, on doit tout savoir devenir et écrire : et la femme et l’homme, et l’enfant, et le bébé, et l’animal…

À demain pour ton avant-dernier défi ! N’oublie pas de poster en commentaire ton jeu d’écriture, sur le blog, si tu veux être lu par les participants.

 

Et si tu veux aller plus loin, c’est ici (le tarif est dérisoire, moins d’un café par jour !) : 31 Jeux d’écriture pour t’améliorer en t’amusant 

Avec en bonus un groupe privé Facebook pour partager tes jeux d’écriture et rencontrer des passionnés d’écriture comme toi.

On se retrouve de l’autre côté ?

Le jeu d’écriture numéro 4 : surprends-toi !

Écrire en sortant des sentiers battus ? Oui, oui, c’est le défi d’aujourd’hui. Surprends-toi !

Continuons avec le même enthousiasme notre Défi des 7 jours. As-tu lu les jeux d’écriture des participants sur le blog ? Il y a d’excellents textes.

J’espère que tu t’amuses bien, beaucoup même, et que tu sens que tu progresses. Dans ton imagination, ta manière de raconter, ta fluidité, et la mise en place de cette habitude pas si évidente mais tellement utile : écrire tous les jours.

Nous allons nous ʺattaquerʺ à un point que j’aime beaucoup : décrire la sensation. Mais pour que tu la décrives, il va falloir que tu la ressentes… Il faut faire appel à ton imagination la plus fertile et à ton corps : sentir, cela se passe dans ton corps, pas dans ta tête. Un grand défaut d’écriture est celui d’écrire seulement avec sa tête en négligeant les ressentis. Or ton lecteur a besoin de ressentir profondément ce que tu racontes. Il ne doit pas rester à distance dans le roman, la poésie. Il doit s’identifier aux ressentis de tes personnages. Prêt pour ce nouveau défi ?

 

Ton 4ème défi : la sensation

 

Mets-toi dans la peau de ton personnage : c’est un poisson des grands fonds.

Que voit-il, sent-il, ressent-il, fait-il ? Que voit-il ? Comment est-ce d’être dans la peau d’un poisson ? De sentir l’eau glisser sur ses écailles ? De sentir de mouvement de l’eau autour de soi ? La température de l’eau ? De bouger ses nageoires ? Etc. Il est prédateur ? Autre chose ? Mange-t-il, dort-il, nage-t-il ?     Où est-il ? Comment est-ce autour de lui ? Etc.

Raconte à la première personne ce que ressent et vit ce poisson en une page au minimum. Ce poisson, c’est toi !

Pour un roman, il faut savoir tout écrire… Même l’improbable ! C’est un excellent exercice d’assouplissement de l’esprit et l’imagination. Et c’est très ludique.

Écris un texte inspiré, passe une journée inspirée, et poste en commentaire ci-dessous ton nouveau jeu si tu désires être lu.

Et à demain pour le nouveau défi.

 

Si tu veux aller plus loin, regarde ce que je te propose ici (le tarif est dérisoire, moins d’un café par jour !) :

31 Jeux d’écriture pour t’améliorer en t’amusant 

Avec en bonus un groupe privé Facebook pour partager tes jeux d’écriture et rencontrer des passionnés d’écriture comme toi.

Qu’en penses-tu ?

 

Défi 3 : jeu d’écriture et description ?

On continue avec ce troisième jeu. Je pense que tu es un peu plus rodé, et que ça va être plus aisé de t’y mettre rapidement aujourd’hui. Plus tu écris, plus tu gagnes en rapidité et en souplesse. Plus tu écris, plus vite tu t’adaptes à ce que tu as à dire.

Comme pour un musicien. Plus il joue, plus il devient en maîtrise de son instrument. Quant au compositeur, cela semble évident : davantage il écrit de musique, davantage il maîtrise de paramètres différents et meilleure devient sa composition. Or l’écriture est un travail de compositeur et de musicien : tu dois maîtriser énormément de paramètres pour écrire un bon livre. Et arranger, orchestrer tout cela avec fluidité, musicalité. Aujourd’hui, nous nous occupons plus particulièrement de la description.

 


3ème défi : la description :

 

 Attention, ça devient un peu plus difficile… Décris sur une page au minimum un objet que tu choisis. Fais durer ton texte le plus longtemps possible en lui conservant un véritable intérêt.

Par exemple : décris un verre d’eau glacé un jour de grand soleil, ou une vieille montre arrêtée trouvée dans un grenier, ou une voiture abandonnée dans une forêt, ou un arbre magnifique deux fois millénaire, bref ce que tu désires.

Mais reste le plus longtemps possible à décrire en détails cet objet en le rendant intéressant, vivant, visuel, attractif. Que le lecteur puisse le voir sous tous ses aspects : par sa forme, sa matière, sa température, sa couleur, peut-être son odeur, etc.

Fais travailler tes sens et ta vision. Avant de savoir bien décrire, il faut aussi savoir bien observer… et cela s’entraîne.

Le peintre apprend à voir excellemment avant de savoir dessiner et peindre. C’est pareil pour un écrivain. Même si c’est voir en imagination. J’ai peint toute ma vie, alors je peux t’assurer que ce parallèle est bien réel.

N’oublie pas de poster ton jeu en commentaire ci-dessous si tu as envie d’être lu et d’avoir les commentaires des autres participants. Et de les lire aussi. C’est déjà très interactif sur les jeux d’écriture précédents. Et très sympathique.

On se retrouve demain pour le défi n°4.

 

Si tu veux aller plus loin, regarde ce que je te propose ici (le tarif est dérisoire, moins d’un café par jour !) :

31 Jeux d’écriture pour t’améliorer en t’amusant 

Avec en bonus un groupe privé Facebook pour partager tes jeux d’écriture et rencontrer des passionnés d’écriture comme toi.

 

Ton Défi et Jeu d’écriture numéro deux !

J’espère que tu t’es bien amusé hier. Et que tu te sens prêt à relever la deuxième manche pour t’amuser, t’améliorer et prendre l’habitude d’écrire tous les jours. C’est un mouvement de libération et d’enthousiaste que je te propose. Surtout mets du plaisir dans ton jeu !

 

Joël Dicker

2ème défi : L’atmosphère

 

Crée une scène d’atmosphère à partir des éléments suivants. Lis bien la consigne dessous car c’est différent d’hier :

– ciel,

– ombres

– danger

– évitement

– retard

– sensation

– vitesse

– pont

– voiture

– facilité

– endurance

– mort

– chaleur

– déglutir

– forcer

– atterrir

Contrairement à hier, tous ces mots doivent figurer obligatoirement dans ton texte, et aussi souvent que tu le désires. Là, pas question de paraphraser, il s’agit vraiment de mettre tous ces mots en créant de la cohérence. Les verbes peuvent être conjugués.

L’atmosphère se sent, se goûte, se ressent surtout. Elle enveloppe ton ou tes personnages et le lecteur qui se sentent guidés dans leurs émotions et sentiments.

Prévois environ une page, et plus si tu en as envie…

À rédiger à la première ou la troisième personne.

SI tu en as envie, poste ton texte en commentaire ci-dessous : cela te permettra d’être lu par les participants, par moi, et d’avoir nos avis, nos commentaires. Et tu pourras lire la production des autres participants. C’est plus vivant et sympathique comme cela. N’hésite pas.

Je compte sur toi pour demain !

 

Si tu veux aller plus loin, regarde ce que je te propose ici (le tarif est dérisoire, moins d’un café par jour !) :

31 Jeux d’écriture pour t’améliorer en t’amusant 

Avec en bonus un groupe privé Facebook pour partager tes jeux d’écriture et rencontrer des passionnés d’écriture comme toi.

Ça va te plaire !

Un défi de 7 jours d’écriture : tu participes ? Défi 1

Un Défi de 7 jours d’écriture ! C’est ce que je te propose !

 

À partir d’aujourd’hui, tous les jours durant 7 jours, je te propose un Jeu d’écriture. Je t’avais dit que je te préparais une surprise pour la rentrée, la voici. Et ça commence aujourd’hui !

Avec ces Jeux d’écriture, nous allons couvrir de nombreuses problématiques d’écriture. Le début de roman, l’atmosphère, la description, la sensation, les émotions, les personnages, les dialogues…

Pourquoi des Jeux d’écriture ? Parce que c’est très ludique et que c’est aussi un excellent moyen de travailler et améliorer l’écriture. Que l’on soit débutant ou confirmé, on apprend toujours en écrivant.

Et l’enjeu d’un Jeu d’écriture n’est pas angoissant ; ce n’est pas l’enjeu d’un roman. On aborde le Jeu d’écriture le cœur léger, pour s’amuser. Et on travaille pourtant, on s’améliore puisqu’on pratique l’écriture !

J’ai conçu ces Jeux pour que tu puisses travailler un, deux, voire trois aspects en particulier de l’écriture avec chacun d’entre eux. De cette façon, tu sais là où tu dois te concentrer davantage afin de t’améliorer.

Et puis il y a un autre facteur, et pas le moindre : écrire tous les jours, c’est favoriser immensément ton apprentissage de l’écriture et acquérir une discipline d’écrivain. Écrire tous les jours, c’est déjà avoir une mentalité d’écrivain. C’est aussi avancer beaucoup plus vite et mieux quand on rédige un livre. C’est quasiment la garantie de ne jamais abandonner ton projet.

Cela peut donc t’aider de prendre ce rythme : tous les jours, écrire. La rentrée se prête particulièrement bien à mettre cette habitude en place. Alors pour t’aider, je te propose ce Défi de 7 jours d’écriture !

Tu es prêt pour ce Défi de 7 jours d’écriture ? Je compte sur toi ?

Ça commence maintenant !

Joël Dicker

1er défi : Le début de roman

 

Invente le début d’un roman en une page au minimum. Trouve une phrase d’accroche vraiment percutante. Quelque chose qui réveille le lecteur et lui donne envie de poursuivre sa lecture.

Tu intégreras obligatoirement tous les éléments suivants dans ton début de roman, mais sans te servir de ces mots eux-mêmes :

– souvenir

– mélancolie

– femme

– silence

– cigarette

– cinéma

– vent

– chanson

– attente

Tu dois donc intégrer tous ces éléments sans les nommer directement.

Pourquoi ? Quand tu intègres un élément sans le nommer directement, tu travailles aussi tes figures de style, tes paraphrases, etc. Tu t’obliges à davantage d’efforts de créativité. Attention, il faut que cela ait l’air naturel, jamais forcé.

Le plus important est que tu tires des mots que je te propose une page ou deux dont on n’a vraiment pas envie de décrocher. Intéresser, passionner, accrocher ton lecteur. N’oublie pas : c’est un début de roman.

Rédige à la troisième personne.

Exemples de belles premières phrases de roman pour éveiller ta créativité :

 

Les fenêtres des gratte-ciel criblaient le firmament de taches jaune sale ; à New York, leur lumière tient lieu d’étoiles.

 L’école du crime, Carol O’Connell

 

Walt disait que les morts deviennent herbe, mais l’herbe ne poussait pas à l’endroit où ils avaient enterré Simon.

Le livre des jours, Mickaël Cunningham

 

« J’entends des voix », avait-elle un jour déclaré, assise à la table du petit déjeuner.

Le principe de Frédelle, Agnès Desarthe

 

Winnie Maas est morte pour avoir changé d’avis.

Eva Moreno, Hakan Nesser

À toi de jouer ! Surtout, amuse-toi !

Et à demain pour le 2ème défi…

 

Si tu veux aller plus loin, regarde ce que je te propose ici (le tarif est dérisoire, moins d’un café par jour !) :

31 Jeux d’écriture pour t’améliorer en t’amusant 

Avec en bonus un groupe privé Facebook pour partager tes jeux d’écriture et rencontrer des passionnés d’écriture comme toi.

Ça va te plaire !

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :défis écriture, https://www osez-ecrire-votre-roman com/defi-ecriture-defi-1-jeux-jeu-ecriture/#comment-4874, defi ecriture, https://www osez-ecrire-votre-roman com/defi-ecriture-defi-1-jeux-jeu-ecriture/#comment-5069

Ecrire une chanson : l’art de faire court. Jeux d’écriture.

Ecrire une chanson ou l’art de faire court. Améliorer le rythme et la musique de mots par des jeux d’écriture

 

L’importance de la chanson dans la culture et l’imaginaire collectif

 

La mort de Jacques Higelin m’a fait penser, il y a quelque temps, à la chanson, cet art considéré comme mineur mais que les plus grands poètes, qui eux ne s’y trompaient pas, considéraient avec beaucoup d’intérêt. Aragon ne s’y est pas trompé : il est sans doute le poète français le plus chanté. Et pour ma part, je le considère avec Victor Hugo comme notre plus immense poète. Il entretenait d’excellentes relations avec ses interprètes : Léo Ferré, Monique Morelli, Jean Ferrat, Brassens, Hélène Martin… Les meilleurs !

Pierre Mac Orlan a été chanté avec bonheur, et Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Apollinaire, Jacques Prévert, René Guy Cadou… N’en jetez plus, la cour est pleine ! Et bien, non : Du Bellay, Ronsard, François Villon, ont été mis en chanson, et la liste n’est pas exhaustive… Boris Vian le faisait lui-même. Serge Revzani, écrivain de quarante romans, quinze pièces de théâtre, des recueils de poèmes, a écrit sous le nom Cirus Bassiak plus de 150 chansons, dont de nombreuses et célèbres chansons pour Jeanne Moreau. Philippe Labro a été le premier à écrire un disque entier pour Johnny. Etc. Les écrivains n’ont jamais craché sur la chanson. Je crois qu’ils considèrent moins la chanson comme un art mineur que les intellectuels et les universitaires le font. Quant au public, il aime la chanson et pleure d’ailleurs la mort de tous les grands chanteurs. Celle de Johnny a réellement bouleversé les gens récemment.

Une chanson, ça s’écrit bien sûr. Ce peut être un poème qui sera un jour interprété par un chanteur. Ce peut être aussi un texte écrit sur une musique, dans le but même d’être chanté, ou écrit sans musique et pour lequel un compositeur créera une mélodie. Peu importe au fond. Et puis il y a l’interprétation, la voix, la personnalité du chanteur, les arrangements, le spectacle, le CD.

Dans le cas d’une chanson rédigée par un parolier, on trouve la plupart du temps un refrain, c’est-à-dire quelques mots ou strophes répétés. Ce qui n’est pas le cas pour un poème.

 

Chanson

Ecrire une chanson, c’est l’art de faire court

 

Dans les deux cas, la chanson raconte la plupart du temps une histoire en quelques strophes, crée un univers très rapidement, et on la quitte aussi rapidement qu’on l’a rencontrée. Une très longue chanson, c’est à peine six ou sept minutes. En général, les chansons font à deux à trois minutes.

Quelle leçon pour un romancier ! Savoir trouver le trait juste, le mot parfait, décrire en deux mots ce qui peut être dit en mille et pourtant un univers est là, posé. C’est un artisanat, c’est un art. C’est la grande leçon de la chanson : son incroyable disposition à faire naître une histoire et un univers, ou simplement une atmosphère, en quelques mots.

Voici ce que dit Alain Souchon : « Les chansons ne sont pas faites pour être lues, mais écoutées. Distraitement. C’est la musique qui peut accrocher l’oreille et faire entendre les paroles. Les paroles sont derrière en second plan, et c’est ce second plan que l’on trouve dans les livres de chansons. On peut, en lisant, s’apercevoir que les chansons disent toujours les mêmes choses : que l’amour est difficile, que le temps passe vite, que ce qui est passé est enjolivé, que le monde est mal fait. Tout cela peut être dire de manière provocante, poétique, niaise ou neutre, c’est selon la personnalité de l’auteur. Certains chanteurs –Renaud, Mac Nil, Gainsbourg, Le Forestier, Vannier, Jonasz, Cabrel, Goldman, Mitchell, Bashung, Aubert, etc – font des paroles lisibles et d’autres non…  J’espère être dans la première catégorie. »

Techniquement, la chanson comme la nouvelle est courte, ramassée. La nouvelle raconte une histoire, crée une atmosphère, et dans l’idéal laisse une trace dans notre mémoire. Avez-vous remarqué que nous nous souvenons beaucoup plus facilement de l’intrigue d’une nouvelle que de celle d’un roman ? Et c’est normal.

La nouvelle est basée sur l’intrigue. Le roman psychologique est basé sur l’atmosphère. Dans un excellent roman l’atmosphère semble entraîner l’intrigue. Dans une excellente nouvelle, l’intrigue semble entraîner l’atmosphère. Et la chanson ? Je crois qu’une excellente chanson est à parts égales. C’est subtil.

Ecrire une chanson, c’est jouer avec les mots

 

Et le ton, le style ? Comme dans le roman ou la nouvelle, un excellent parolier développe un ton et un style personnel. On reconnaît la touche d’Aznavour, celle de Ferré, Barbara, Goldman, d’Higelin…

Comme je l’écrivais plus haut, les poètes ont toujours été heureux de voir leur poésie chantée. C’est que la poésie s’adapte facilement au chant. Elle se laisse mettre en musique. Elle est souple, sinueuse, elle chante. Un poème s’écrit souvent en vers et s’il ne l’est pas, ses vers libres sont déjà de la musique. La poésie utilise les sons autant que l’histoire (s’il y en a une) et l’atmosphère : les rimes, les allitérations, les redondances, les silences, la musique des mots. Voici ce qui la rapproche tant d’une chanson écrite « comme une chanson. »

Je trouve intéressant d’écrire quelques chansons. Car la chanson est au carrefour de tout : de la poésie, la musique, le rythme, l’atmosphère, l’intrigue. Il y faut donc de la maîtrise.

J’en ai écrit quelques-unes pour le plaisir et la découverte de ce genre. Ce ne sont pas les meilleures chansons du monde mais j’ai tenté. Et c’est un genre intéressant. Or la maîtrise en écriture, c’est ce que nous voulons, n’est-ce pas ? On grandit dans notre façon de comprendre l’écriture quand on entreprend de travailler dans un genre qu’on ne connaît pas.

Et si on s’y essayait pour une fois ?

 

Ecrire une chanson

 

1er jeu : offrir de l’espoir

 

Je te propose donc un essai sur le thème de L’âge d’or de Léo Ferré parce que la simplicité et l’espoir, en écriture, c’est difficile. On entend beaucoup plus de chansons qui évoquent la noirceur du monde que des chansons d’espoir. Que vois-tu dans un monde plus beau, plus juste, plus équilibré ?

Nous aurons du pain

Doré comme les filles

Sous les soleils d’or.

Nous aurons du vin

De celui qui pétille

Même quand il dort.

Nous aurons du sang

Dedans nos veines blanches

Et le plus souvent,

Lundi sera dimanche.

Mais notre âge alors

Sera l’ÂGE D’OR.

 

Nous aurons des lits

Creusés comme des filles

Dans le sable fin.

Nous aurons des fruits,

Les mêmes qu’on grappille

Dans le champ voisin.

Nous aurons, bien sûr,

Dedans nos maisons blêmes,

Tous les becs d’azur

Qui là-haut se promènent.

Mais notre âge alors

Sera l’ÂGE D’OR

 

Nous aurons la mer

À deux pas de l’étoile,

Les jours de rand vent.

Nous aurons l’hiver

Avec une cigale

Dans ses cheveux blancs.

Nous aurons l’amour

Dedans tous nos problèmes

Et tous nos discours

Finiront par « Je t’aime. »

Vienne, vienne alors,

Vienne l’ÂGE D’OR.

 

2ème jeu : raconter une histoire

 

Il me semble intéressant aussi de construire une chanson sur le modèle de La ballade de Jim, d’Alain Souchon.  Construite comme une nouvelle, elle raconte une histoire complète sur un ton aigre-doux, légèrement humoristique, et offre une jolie chute. On peut aisément remplacer « elle » par autre chose, une maison, un animal, ou une autre personne, peu importe au fond pourvu que ça raconte une petite histoire et que tu trouves un ton intéressant et personnel. Ce qui important en écriture, c’est ta personnalité, ton tempérament, ta présence à travers tes mots. C’est toujours à travers ton style et ton ton que tu les rendras accessible à ton lecteur, dans la chanson comme dans tes romans.

Comme elle est partie, Jim a les nerfs

Jim boit du gin dans sa Chrysler

La presqu’île, le boulevard de la mer est con

Comme elle est partie, attention : Jimmy tourne en rond

 Hier soir encore, son héroïne

Le serrait si fort en disant « Jim »

Elle était son calmant, son alcool profond

Comme elle est partie, attention : Jimmy tourne pas rond

 

Refrain :

Jimmy, t’es fort, mais tu pleures

Sur le cuir de ta Chrysler

Là-bas le soleil s’écroule dans la mer

Jimmy, les filles pour le cœur

Comme l’alcool et les révolvers

C’est sauter en l’air

Tomber par terre

Boum !

 

Depuis deux ans, sûr, Jim bossait fort

Pour que sa starlette bronze en hors-bord

Avec elle, il voulait un bébé, sans rire

Comme elle est partie, attention : Jimmy veut mourir

 

Refrain

 

Jimmy va trop vite, Jimmy pleurniche

Il sent son parfum sur la corniche

Les lacets, le gravier, et dans l’air du soir

La Chrysler s’envole dans les fougères et les nénuphars

 

Jimmy s’éveille dans l’air idéal

Le paradis clair d’une chambre d’hôpital

L’infirmière est un ange et ses yeux sont verts

Comme elle lui sourit, attention : Jimmy veut lui plaire

 

 

3ème jeu : décrire ton rêve

 

On peut aussi rêver… Garde seulement  » j’ai un rêve » et le mot « rêve » et remplace tout le reste du texte car Le rêve du pêcheur n’est pas le tien. Parle-nous de ton rêve.

J’ai un rêve

Le rêve que j’ai

Tout le monde le fait

Je rêve d’eau

Mais d’océan

Ah ! L’océan

Au sud et vivre de pêche

Mais les rêves on les empêche

 

Jeter dans l’eau

Jeter des filets

Jeter des filets dans l’eau

Un bateau

 

Etre heureux dessus

Etre sur un bateau

Je rêve d’eau

Mais d’océan

Ah ! L’océan

Pêcher des poissons dedans

 

Refrain :

Pêcher pêcher

Ici c’est faire des péchés

Avoir le cœur empêché

Faire mal

Pêcher là-bas

Ce n’est que pêcher

Le vent les poissons moqueurs

Donnent bon cœur

 

Pêcheur

Sous la lune

Et les étoiles

Pêcher en bateau à voile

Rentrer le matin

Soleil levant

Ah ! Oui le vent

Pêcher des baisers ardents

 

Refrain

 

Rêver d’être meilleur aussi

Oh meilleur

Dans la vie qui se dépêche

Rêver d’être ailleurs qu’ici

Etre ailleurs

Vire simplement de pêche

Mais les rêves on les empêche

 

De l’eau fraîche

Vivre d’amour

Vivre d’amour et d’eau fraîche

Je rêve d’eau

Mais d’océan

Ah ! L’océan

Vivre la vie autrement

 

4ème jeu : t’engager !

 

J’ai écrit quelques chansons sur un malentendu. Je croyais qu’un musicien me demandait des chansons. Quelle naïveté ! Je l‘avais mal jugé et l’ai envoyé balader quand j’ai compris qu’il était incapable de me faire aucun retour sur les chansons qu’il m’avait demandé. Mais il reste que sans cette impulsion, je n’aurais sans doute jamais pensé à écrire des chansons.

J’en rapporte une ici, On a fait comme on a pu, construite comme un petit roman. C’est une chanson engagée, genre que j’ai toujours aimé. Elle est longue et si elle devait être chantée, elle serait loin du standard des deux à trois minutes, plutôt six à sept minutes. Mais on pourrait en faire un roman ! Toi aussi, tu peux construire ta chanson engagée. Qu’est-ce qui te semble insupportable dans notre société ? Que voudrais-tu voir changer ? Tant de messages peuvent être et sont colportés par la chanson.

 

Refrain :

J’voulais t’dire

Qu’en fait d’turbin

J’ai pas été radin

J’ai pas été radin

 

Quand j’ai épousé ma belle

J’étais qu’un jeun’ gars rebelle

Pour elle j’ai posé genoux à terre

J’ai enterré tous mes rêves

 

Faut dire qu’on a eu un r’jeton

A 17 ans, c’est pas Byzance

Pas d’famille et pas d’aisance

Quand t’es qu’un gosse d’ l’Assistance

 

Refrain

 

Entre orphelins on s’comprenait

Entre pauvres on s’réchauffait

C’est comme ça qu’on a commencé

A habiter dans une cité

 

Alors à 18 ans j’travaillais

J’avais qu’mes bras à proposer

J’peux t’dire qu’j’en ai fait des chantiers

J’me suis pas souvent reposé

 

Refrain

 

Les dimanches on s’retrouvait

Notre p’tite famille s’agrandissait

Les enfants c’est comme les fleurs

Même sur l’béton ça pousse en cœur

 

 Ma belle et moi on a vieilli

On a eu trois enfants des amis

Des vacances pas distinguées

Dans des pensions pas étoilées

 

Refrain

 

On a été heureux p’tit p’tit

Au fond on n’a pas si mal réussi

Mais les années j’les ai comptées

Chaque jour au sablier

 

Le chantier les sacs de graviers

Les échafaudages hauts à tomber

Même pas d’casque de sécurité

La paye minable triste à pleurer

 

Refrain

 

Quand t’es de la race des méprisés

D’ceux qu’ont qu’leurs bras à louer

T’es bien heureux d’être retraité

Mais l’chantier ça m’a usé ça m’a usé

 

Ma belle n’est plus c’qu’elle était

Les enfants s’en sont allés

Et c’est très bien d’s’envoler

Loin d’la cité loin d’la cité

 

Refrain

 

Nous on reste là pour crever

On n’saurait pas où aller

On s’tient debout On n’a plus d’rêves

On a vécu comme on pouvait

 

Mais on est fiers d’être arrivés

Au bout d’la route sans calancher

On est deux vieux On a la santé

Dans cette cité d’macchabés

 

Refrain

 

C’est une victoire t’imagines pas

T’imagines pas t’imagines pas

On s’sourit on s’regarde

On a la télé pour voyager

 

Et puis bientôt y aura les cieux

C’sera coloré et tout bleu

Finis le gris et la saleté

C’est pour bientôt et c’est tant mieux

 

C’est peut-être pour ça qu’c’soir

J’veux pas l’faire dans l’désespoir

Mais j’veux t’dire la vérité

 

En fait d’turbin

J’ai pas été radin

J’ai pas été radin

 

C’est peut-être pour ça qu’c’soir

J’ai les mots rebelles

Tu sais On attend tranquillement

On va s’faire la belle

Moi et ma belle

On va s’faire la belle

On va s’faire la belle

Crédit photo : Alain Bachellier

 

Ces jeux d’écriture, que tu les tentes ou non, je te les propose pour ne pas oublier cet art de la chanson, art populaire pour une fois. Il n’est pas complexe d’y goûter et nous le faisons tous. Nous écoutons des chansons, et ceux qui n’ouvrent jamais un livre écoutent tout de même, sans le savoir, une forme de poésie, à défaut de lire. Si tu participes à ces jeux, propose-les à la lecture dans les commentaires afin que nous en profitions tous. Ecrire, c’est apprendre et grandir. Et écrire un genre auquel nous ne nous consacrons pas habituellement, c’est aussi se délier l’esprit, acquérir de la souplesse, faire travailler notre imaginaire. Et avec la chanson, c’est encore écouter notre musique et notre rythme intimes et les transcrire par des mots.

 

ӿӿӿ Pour aller à la rencontre de mes livres, c’est ici. ӿӿӿ

Recherches utilisées pour trouver cet article :https://www osez-ecrire-votre-roman com/ecrire-une-chanson-lart-de-faire-court-jeux-decriture/, ecrire une chanson, jeux d\écriture en relation avec l\art, jeux d\écriture chanson, atelier ecriture Détourner la chanson, écrit court, je peut avoir la chanson par écriture jai tour envie de toi bache, jeux pour apprendre a ecrire une chanson, chanson qui fait j ai ecrit rien que pour toi le plus beau des poemes, améliorer sa capacité à ecrire des parokes pour les chansons

6 jeux d’écriture : comment manipuler ton lecteur ?

6 jeux d’écriture pour manipuler ton lecteur et l’emmener où tu veux

 

Jeu d’écriture n°1

 

Imagine une histoire de quelques pages qui se termine par cette dernière phrase : « Mon cœur battait en dévalant la route. Un bonheur insensé me portait vers la plaine. »

Il s’agit donc de penser à la fin de ton texte dès son début. Pourquoi ? Parce que la plupart du temps, on commence à écrire son roman sans savoir comment il se finira. Et cela peut poser bien des problèmes. Un roman est une rédaction qui s’étale dans le temps, ce qui nous laisse toutefois le loisir de trouver la fin. Mais pour une courte nouvelle, on a peu de temps : il faut trouver rapidement une fin à ton récit. Car c’est toi en décides et emmène ton lecteur où tu le veux. Sur la fin de roman, tu peux également lire cet article.

Un deuxième jeu semblable avec cette phrase de fin : « La maison serait-elle abandonnée ? J’éprouvai une mélancolie absurde comme si une part de mon passé se détachait de moi. »

Et un troisième jeu : « Je n’ai pas peur de mourir, ni de souffrir, reprit-il en regardant par delà la vaste baie depuis la terrasse. J’ai peur de toi. »

 

Robert Sabatier
www.osez-ecrire-votre-roman.com

 

Jeu d’écriture n°2

 

Ecris un dialogue entre trois personnages. Deux personnages s’allient pour fustiger un troisième. Il s’agit donc d’une dispute.

L’idée est de sortir de l’écriture ordinaire puisque on trouve rarement des scènes de dispute dans les romans. Tout les coups sont permis, y compris les gros mots -ou pas ! La deuxième idée est de travailler sur un dialogue à trois. Nous avons tous tendance à nous en tenir au dialogue à deux personnages. Sur l’écriture de dialogue, un article ici.

Jeu d’écriture n°3

 

Ecris un poème en vers libres en remplissant les trous.

C’est une excellente manière de travailler tes images poétiques, ton lyrisme, ton imaginaire, de te laisser aller à moins de rationalité et davantage d’émotions, de sensations. La clef pour réussir un beau poème se trouve dans la visualisation et la sensation. La bonne poésie est toute en sensations et en émotions. Il faut donc savoir les évoquer fortement pour entraîner ton lecteur.

Santorin

Penche-toi si tu le peux, sur la mer obscure, oubliant

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Qui parcourent ton sommeil dans l’autre vie, l’engloutie.

Sur ton dernier coquillage, écris, si tu le peux,

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Et jette-le dans la mer, qu’il y disparaisse.

Nous nous sommes retrouvés nus sur la pierre ponce

……………………………………………………………………………………………………….

Regardant les îles rouges s’abîmer

……………………………………………………………………………………………………….

Dans leur sommeil, dans notre sommeil.

Nous nous sommes retrouvés nus, ici, inclinant

……………………………………………………………………………………………………….

Talon de la vigueur, vouloir sans faille, amour lucide,

………………………………………………………………………………………………………….

Voie du destin au bruit de la jeune paume frappant l’épaule ;

…………………………………………………………………………………………………………………..

En ce pays qui fut jadis le nôtre,

………………………………………………………………………………………………………………………

Autels détruits

………………………………………………………………………………………………………………………..

Feuilles de palmiers dans la boue.

Laisse, si tu le peux, tes mains voyager

………………………………………………………………………………………………………………………….

Qui toucha l’horizon.

 

Jeu d’écriture n°4

 

Invente une description qui évoque des sons.

L’intérêt est de faire travailler ton lecteur avec son oreille. Si par exemple tu décris une usine bruyante, c’est ton travail d’écrivain de faire en sorte qu’il soit submergé par le fracas assourdissant des machines. Si tu lui fais entendre un opéra sublime, transporte ton lecteur par la beauté des sons, de la musique. Pense au rythme, à la cadence pour cet exercice, bref travaille l’auditif. Il est souvent négligé par les auteurs.

 

Crédit photo : Frédéric Bisson

 

Maintenant, amuse-toi à l’inverse ! Crée du silence. Invente un texte qui permet au lecteur de se plonger dans le silence, de le ressentir.

Un article sur la description ici.

 

Jeu d’écriture n°5

 

Invente un texte à partir des mots qui vont suivre. Remplis les trous.

Il s’agit de trouver des solutions pour que le texte reste logique. L’idée est donc de faire travailler ton imaginaire et ta clarté mais sans la notion précédente de lyrisme (l’exercice n°3 avec le poème.)

Hélène s’assit lourdement. Elle………………………………….. Mais c’était inepte car ………………………………………. ; …………………………….……………………………….. C’était sans fin ! Elle se leva et ………………………………………. Quand la voiture tourna, ……………………………..………………………………………. Le soleil était bas à l’horizon, irréel, et……………………………………………….. Hélène sourit furtivement quand …………………………

Rien n’aurait pu lui………………………………………………………… Les roues tournaient à une vitesse ……………………… qui ………………….…………………………………………………………….. Hélène, la route, tout…………………………………….    Un silence descendit sur ……………………………………………………….., ………………………….., …………………………, ………………………………………………………………….

Une existence est parfois…………………………….; sans le saisir …………………………………………. Le soleil disparaissait derrière la colline, sombre et magnifique, …………………………………………………………………… Un soupir ………………………………………………et tout fut dit.

 

Jeu d’écriture n°6

 

A partir de ce dernier petit texte, laisse libre court à ton imagination. Etoffe-le et approprie-le toi complétement. Récris-le au moins deux fois plus long. Rend-le plus intéressant, plus subtil. Rapproche-toi de ton lecteur. Mets-toi à sa place. Reçoit-il vraiment ce que tu veux exprimer ?

 

Joseph Joubert

 

Ce sont des jeux d’écriture simples. Le but n’est pas de rendre plus complexes tes textes mais de travailler ta relation avec ton lecteur. Que lui donnes-tu ? Es-tu compréhensible ? Fais-tu exactement passer les émotions, les sensations que tu veux faire passer ? Fais-tu voir au lecteur exactement ce que tu veux qu’il visualise ? L’entraînes-tu où tu veux ? L’art est d’écrire un roman est un art profondément manipulatoire. C’est un contrat implicite entre le lecteur et toi. Quand il choisit de lire ton livre, il te délègue le pouvoir de l’emmener où tu veux. Si tu l’emmènes nulle part, où qu’il se sent emporté à moitié seulement, le contrat est caduc. Un bon roman emporte ton lecteur où toi, l’auteur, veut qu’il aille. Si tu lui fais oublier le monde pour s’immerger dans ton univers, évidemment tu as réussi ton roman.

J’espère que tu joueras avec ces jeux. Tu peux y jouer au rythme d’un par jour ou par semaine, peu importe, mais je te conseille vraiment de t’y amuser de temps à autre. C’est en écrivant qu’on s’améliore, pas en lisant des théories sur l’écriture… Tu peux lire autant d’articles que tu le veux sur l’écriture, si tu n’écris pas rien ne changera dans ta qualité d’écriture. Si tu décides de jouer avec ces jeux, fais-nous en part dans les commentaires. Cela donnera envie à d’autres lecteurs d’écrire, et nous donnera l’occasion de découvrir tes textes.

Je te souhaite de t’amuser. L’écriture de roman est manipulatoire, bien sûr, mais elle est surtout aussi jubilatoire pour l’écrivain… Sinon, à quoi bon ?

ӿӿӿ Pour aller à la rencontre de mes livres, c’est ici ӿӿӿ

Recherches utilisées pour trouver cet article :jeu d ecriture, jeux d\écriture, jeu d\écriture, jeux decriture, jeux décriture adultes, jeux de d\écriture, jeux ecriture, jeu d\écriture adulte, jeux de écriture, jeux écriture adulte améliorer

Ecrire un roman : 5 jeux d’écriture pour développer l’inspiration.

Comment assouplir ton esprit pour écrire un roman plus facilement ? Développer ton imagination et ta fluidité ? Développer ton inspiration ?

 

En les entraînant par des jeux d’écriture… bizarres ! Car entraîner ton esprit à jouer avec les mots, avoir des associations d’idées étranges, s’amuser comme un enfant sans crainte du résultat, se surprendre, développe ton imaginaire et ta capacité à avoir une pensée plus fluide et moins conformiste.

Je te propose 5 jeux d’écriture pour développer ton inspiration

 

Tu es sans doute d’accord si je te dis que ce qui fait la mauvaise littérature, c’est le conformisme de son auteur. S’il ne fait pas montre de tempérament, de pensées personnelles, d’humeurs bien à lui, de vision unique, l’écrivain a écrit une bien jolie rédaction qui n’intéresse personne. Ta vision fait la différence. Ton tempérament fait la différence. Ton imagination fait la différence. La musique de tes mots fait la différence. Ecrire un roman, ou tout autre texte littéraire, te demande d’être toi. Uniquement toi. De te dépouiller de tes artifices, de tes rôles sociaux. De t’émerveiller quand tu écris. Je ne crois pas à l’inspiration quand elle n’est pas amenée par l’enthousiasme, l’émerveillement ou la jubilation. En général, je sais que mon texte sera bon si, quand j’écris, je me surprends, je m’enthousiasme, je m’émerveille, je jubile ! Sans ce cocktail, mon texte est en général aussi plat qu’une limande.

En te promenant dans les mots, en les agençant d’une autre manière, en te permettant le jeu, le plaisir, la jubilation, tu t’ouvres les portes de la création. C’est pourquoi j’ai envie de te proposer quelques jeux d’écriture. Ne te contente pas de lire les énoncés. Participe, écris. Ces jeux ne sont pas faits pour que tu rédiges des chefs-d’oeuvre mais pour que tu te décoinces si tu es coincé (cas courant), que tu te décontractes si tu es seulement contracté (cas encore plus courant), que tu fluidifies ta langue, émancipes ton esprit, que tu apprécies qu’écrire est amusant et non une corvée -comme tu peux le lire partout ou presque. Amuse-toi. Et si tu as envie de partager tes jeux dans les commentaires, n’hésite pas : les commentaires sont un espace d’échange communautaire. Chacun pourra prendre plaisir à te lire.

Philippe Claudel www.osez-ecrire-votre-roman.com

Jeu d’écriture n°1 : jouer avec le dorica castra et l’anadiplose

 

Le dorica castra est une forme particulière de l’anadiplose, qui se caractérise par la reprise d’un même son de la fin d’une unité au début d’une autre unité. Dans l’anadiplose, c’est le mot entier qui est repris. C’est l’effet sonore qui compte ; le sens n’est pas forcément important. On trouve surtout cet effet dans la poésie latine. Le mot même de dorica castra en est un bel exemple puisque le son ca de dorica est repris dans ca de castra.

Tu connais comme moi la comptine Trois p’tits chats…

Trois p’tits chats, trois p’tits chats, trois p’tits chats, chats, chats, Chapeau d’paille, chapeau d’paille, chapeau d’paille, paille, paille, Paillasson, paillasson, paillasson, -son, -son, Somnambule, somnambule, somnambule, -bule, -bule, Bulletin, bulletin, bulletin, -tin, -tin, tintamarre, etc.

On appelle ce type de chanson une chanson en laisse.  De celle-ci, il existe de multiples versions.

Je prends un extrait de la version que je chantais, enfant :

Bout de ficelle, Selle de ch’val, Ch’val de feu, Feu follet, Lait de vache, Vache de ferme, etc.

Et je le réinvente en utilisant la dernière syllabe ou le dernier mot pour le répéter :

Bout de ficelle, Sel de mer, Mer de lave, Lave ta bouche, Bouche ton nez, Nez de clown, etc.

À toi de jouer ! C’est vraiment très facile. L’idée n’est pas d’écrire intelligemment mais de libérer ta spontanéité, ton sens des sonorités, ta rapidité, ta fluidité, ton plaisir. Tout sérieux est contraire à cet exercice ! Si tu proposes ce jeu à des enfants, vous vous amuserez beaucoup ! Commence par : bout de ficelle. Ou par : marabout. Ou encore par : rage de dent. Ou n’importe quel mot.

Jeu d’écriture n°2 : réinventer un dialogue

 

Je te donne un dialogue dont j’ôte la moitié des répliques. Je l’ai extrait de Club Dumas, d’Arturo Pérez-Reverte, un roman policier passionnant dont l’intrigue tourne autour d’un manuscrit ancien. A toi de remplir les trous ! Surtout, continue à être léger, ne prends rien au sérieux. Et fais preuve d’imagination. Ne la restreins surtout pas.

– Vous êtes, me dit-il, l’amant de Liana Taillefer.

– Cessez donc une bonne fois de divaguer, Balkan.

– Vous parlez d’Athos ?

– Et c’est pour cela que vous l’avez assassiné ?

– Je ne vous crois pas.

– Alors, racontez-moi donc. Tout doucement.

– Parfait. Et maintenant, suivez-moi.

– Mais alors, qu’est-ce que vous faites ici ? On ne visite sûrement pas la nuit.

– Voyez-vous ça. Un obstacle d’ordre moral, au point où nous en sommes.

– Bref, dit-il, vous avez décidé de détruire le manuscrit.

Crédit photo : quattrostagioni

Jeu d’écriture n°3 : écrire à la suite d’un incipit

 

Je te donne 3 incipits inspirants de style très différents. A toi de poursuivre par un paragraphe, ou même une intrigue complète. Ce qui fait 3 exercices différents. A toi de voir si tu en fais un, deux ou les trois. Laisse aller ton inspiration.

  1. Je te relis, Job, fit le capitaine de la gendarmerie de Port-Louis. Si tu n’es pas d’accord avec quelque chose, tu me le dis. D’accord ?
  2. A l’aube, quand la marée découvrait les bas-fonds, le bavardage des mouettes m’éveillait.
  3. – Maudite Jupiter ! grommela Ambrose Whitefield et je ne pus qu’approuver d’un hochement de tête.

Jeu d’écriture n°4 : le lieu et la description

 

Ce jeu va t’obliger à la description. Fais jouer tous tes sens car c’est important pour le lecteur d’avoir non seulement une histoire à se mettre sous la dent mais aussi la chair de cette histoire. Et dans le cas de ce que j’écris personnellement, je dirais même que c’est parfois encore plus important d’avoir la chair que l’intrigue elle-même ! Ce sont les sensations physiques, les émotions, les humeurs que tu déclenches chez ton lecteur qui rendront ta lecture inoubliable ou pas. Je te propose de décrire le lieu idéal où tu aimerais vivre. Pas un lieu basé sur ta réalité mais le lieu réellement idéal de tes rêves les plus fous. Ne t’impose aucune limite. Aucune contrainte de réalisme. Tu peux même créer ce qui serait pour toi le monde idéal. Imagine que tout est possible et sors des sentiers battus.

Il se peut que tu te surprennes car il s’agit d’exprimer tes désirs, tes attentes, tes souhaits, tes rêves en dehors de toutes contraintes. Ce qu’il y a de merveilleux avec l’écriture, c’est qu’elle est un espace où l’on peut vraiment être soi-même. C’est un luxe inouï dans un monde de faux-semblants ! Profites-en. La littérature permet ce que la vie ne permet pas ; c’est même la grande force de la littérature d’exprimer et d’expérimenter ce que l‘existence ne nous permet pas d’expérimenter et d’exprimer. Pense à ce lieu avec gourmandise. En quoi est-il différent ? A quoi ressemble-t-il ? Que sent-il ? Qu’émane-t-il ? Quelles vibrations ? Quelle atmosphère ? Quels sont les sons qui l’accompagnent ? Les odeurs ? Est-il statique, changeant ? Que t’évoque-t-il ? Est-ce un lieu solitaire, traversé par des êtres ? Etc.

Jeu d’écriture n° 5 : écrire une lettre

 

Le style épistolaire est un style que j’adore. Je trouve formidable de pouvoir affiner sa pensée quand on a à dire quelque chose à quelqu’un. Dans la vie quotidienne, nous parlons trop souvent sans discernement. Et nous n’avons pas souvent la répartie que nous voudrions avoir. Ni la finesse. La vie se déroule, rapide, et nous parlons à tort et à travers. Tandis que l’écriture nous laisse le temps de peser nos mots, et d’exprimer très exactement ce que nous désirons.

Imagine que l’on t’a blessé, énervé, nargué, humilié, agacé, insulté, mis en colère ? Cela t’est peut-être même arrivé récemment et tu as du mal à décolérer ? Voici l’occasion de te défouler mais avec élégance ! Tu ne voudrais pas t’abaisser au niveau de celui qui t’a offensé, n’est-ce pas ?

Ecris une lettre élégante et mordante pour répliquer à l’insulte qui t’a été faite –réelle ou imaginaire. Tu vas voir : ça fait du bien. Par contre, je ne te dis pas de l’envoyer : c’est à tes risques et périls !

J’avais écrit une telle lettre pour un défi d’écriture que je m’étais lancé. Je te donne le lien ici si ça t’amuses de la lire.

J’espère que tu as participé à ces quelques jeux d’écriture. Histoire de t’amuser en déliant ta plume et en éveillant ton inspiration. Si tu désires poster ci-dessous tes jeux, je les lirai avec plaisir. Et puis, ils peuvent éveiller ceux qui n’ont pas participé et leur donner envie de le faire à leur tour.

Délie ton esprit et amuse-toi surtout ! Ton inspiration va te remercier.

Recherches utilisées pour trouver cet article :ecrire un roman, auteur qui propose des exercices d\criture amusant, exercices décriture quand pas inspiration, exercice ecriture roman, comment être inspiré pour écrire une œuvre, vidéos anamorphose lettres, inspiration pour écrire, inspiration livre, exercice écriture inspiration, apprendre a ecrire un roman jeu