Ecrire une chanson : l’art de faire court. Jeux d’écriture.

Ecrire une chanson ou l’art de faire court. Améliorer le rythme et la musique de mots par des jeux d’écriture

 

L’importance de la chanson dans la culture et l’imaginaire collectif

 

La mort de Jacques Higelin m’a fait penser, il y a quelque temps, à la chanson, cet art considéré comme mineur mais que les plus grands poètes, qui eux ne s’y trompaient pas, considéraient avec beaucoup d’intérêt. Aragon ne s’y est pas trompé : il est sans doute le poète français le plus chanté. Et pour ma part, je le considère avec Victor Hugo comme notre plus immense poète. Il entretenait d’excellentes relations avec ses interprètes : Léo Ferré, Monique Morelli, Jean Ferrat, Brassens, Hélène Martin… Les meilleurs !

Pierre Mac Orlan a été chanté avec bonheur, et Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Apollinaire, Jacques Prévert, René Guy Cadou… N’en jetez plus, la cour est pleine ! Et bien, non : Du Bellay, Ronsard, François Villon, ont été mis en chanson, et la liste n’est pas exhaustive… Boris Vian le faisait lui-même. Serge Revzani, écrivain de quarante romans, quinze pièces de théâtre, des recueils de poèmes, a écrit sous le nom Cirus Bassiak plus de 150 chansons, dont de nombreuses et célèbres chansons pour Jeanne Moreau. Philippe Labro a été le premier à écrire un disque entier pour Johnny. Etc. Les écrivains n’ont jamais craché sur la chanson. Je crois qu’ils considèrent moins la chanson comme un art mineur que les intellectuels et les universitaires le font. Quant au public, il aime la chanson et pleure d’ailleurs la mort de tous les grands chanteurs. Celle de Johnny a réellement bouleversé les gens récemment.

Une chanson, ça s’écrit bien sûr