Comment écrire ? 7 visions d’écrivains et scénaristes sur l’écriture

Comment écrire ? 7 écrivains et scénaristes livrent leur vision de l’écriture à travers 7 livres

 

De nombreux livres sur l’écriture méritent d’être lus. Je n’en ai pas lu à l’époque où j’en aurais eu besoin. Je ne connaissais pas leur existence, internet n’existait pas et par conséquent beaucoup de choses m’échappaient. J’ai découvert plus tard cette littérature qui m’aurait tant servi à l’époque où je tâtonnais sans maître, sans boussole, sans soutien, sans savoir…

J’ai donc bêtement perdu du temps techniquement sur la question de la maîtrise de l’écriture. Et également sur la vision de l’écriture, de ce qu’est un écrivain, de ce qu’est l’écriture. J’aurais pu gagner des années précieuses, comprendre, sentir, savoir plus vite : des livres sur l’écriture m’attendaient et je ne les lisais pas.

Ce qui est fait est fait, et c’est comme cela que je me suis forcément construite : dans une farouche autonomie. Pourtant,  je me serais sentie moins seule ; je reconnais dans les visions des écrivains et des scénaristes tant de pensées qui leur sont communes ! Elles se complètent, se répondent, se ressemblent parfois. Il existe une parenté d’esprit très grande chez eux, chez nous, et je retrouve la même chez tous les artistes : musiciens, peintres, sculpteurs, cinéastes, etc.

Au fond l’art, quel qu’il soit, est toujours une expression de soi. C’est le propos même de l’art : l’artiste s’exprime, exprime soi. C’est de sa vie qu’il parle, ce sont de ses émotions, ses douleurs, ses plaisirs, ses échecs, ses incertitudes, ses expériences que sont issues ses œuvres. C’est pour cela qu’elles font écho au cœur de l’homme et que chacun d’entre nous s’y reconnaît en filigrane…

Nous écrivons, soit ! Mais que ce soit avec nos tripes. Sinon, à quoi bon ?

J’ai sélectionné 7 écrivains et scénaristes, et des extraits de leurs livres où ils nous donnent leur vision de l’art d’écrire, et des conseils nécessaires.

Juliette Binoche

Écriture : mémoires d’un métier, Stephen King


Écrire n’a rien à voir avec gagner de l’argent, devenir célèbre, draguer les filles ou se faire des amis. En fin de compte, écrire revient à enrichir la vie de ceux qui liront vos ouvrages, mais aussi à enrichir votre propre vie. C’est se tenir debout, aller mieux, surmonter les difficultés. Et faire qu’on soit heureux, d’accord ? Oui, faire qu’on soit heureux.

Il faut parfois continuer même quand on n’en a pas envie, et il arrive qu’on fasse du bon boulot alors qu’on a l’impression d’être là, à pelleter bêtement de la merde, le cul sur une chaise.

Écrivez ce que vous avez envie d’écrire, insufflez-y de la vie et rendez votre texte unique en y mêlant ce que vous savez de l’existence, de l’amitié, des relations humaines, du sexe, du travail.

Vous pouvez entreprendre cet acte, l’écriture, en étant nerveux, excité, plein d’espoir ou même de désespoir ; avec le sentiment que jamais vous n’arriverez à mettre sur la page tout ce que vous avez dans l’esprit et le cœur. Vous pouvez l’entreprendre les poings serrés, les yeux plissés, prêt à botter des culs et à relever des noms. Vous pouvez l’entreprendre parce que vous voulez épouser une fille, ou parce que vous voulez changer le monde. Vous pouvez l’entreprendre comme bon vous semble – mais pas à la légère. Permettez-moi de le répéter : n’approchez pas la page blanche à la légère. Non que je vous demande de l’approcher avec révérence, ou sans vous poser de questions. Je ne vous demande pas davantage d’être politiquement correct ou de mettre de côté votre sens de l’humour (plaise à Dieu que vous en ayez un). Nous ne sommes ni dans un concours de popularité, ni aux jeux olympiques moraux, ni dans une église. Mais il s’agit d’écrire, nom d’un chien, pas de laver la voiture ou de se maquiller les yeux. Si vous êtes capable de prendre l’écriture au sérieux, nous pouvons faire affaire. Si vous n’en êtes pas capable, ou si vous ne voulez pas, le moment est venu pour vous de refermer ce livre et de faire autre chose. De laver la voiture, par exemple.

Feuilleter ici

Essayez tout et n’importe quel fichu machin, aussi ennuyeusement normal ou scandaleux qu’il soit. Si ça marche, parfait. Sinon, balancez-le.

Mes secrets d’écrivain, Elizabeth George

 

Les auteurs sont ces gens qui rêvent de gagner beaucoup d’argent très vite, grâce à un beau contrat avec un grand éditeur suivi par un contrat encore plus lucratif au cinéma. Ils écrivent et réécrivent toujours le même roman, et ils décrètent dès le début de leur carrière que s’ils ne sont pas publiés, ils laisseront tomber.
Alors que les écrivains, ce sont ces gens qui écrivent et qui écriront toujours, quoi qu’il arrive : ils respirent, non ? Ils ne peuvent pas faire autrement. Il faut bien qu’ils vivent.

L’art d’écrire, c’est ce qui vient une fois que vous avez appris à maîtriser vos outils en bon artisan.

Feuilleter ici

Je conseille à mes étudiants de se fier à leur corps quand ils écrivent, parce que leur corps ne leur mentira jamais sur l’histoire, le rythme, les personnages, etc. Alors que leur esprit les abusera tout le temps, leur disant que quelque chose est bon quand ils auront ce sentiment poignant, viscéral – physique –, cette conviction irréfutable que c’est mauvais. Ou vice versa.

Personnages et points de vue, Orson Scott Card

 

Dans la vie, nous ne comprenons jamais vraiment ce qui motive les gens. Dans une œuvre de fiction, en revanche, nous pouvons très bien aider le lecteur à y voir plus clair et même lui donner des certitudes. C’est une des raisons pour lesquelles on lit des romans : comprendre un peu mieux les agissements de nos semblables.

À part vous-même, vous ne connaîtrez jamais personne de l’intérieur ; ainsi, en révélant l’âme de vos héros, vous dévoilez forcément une partie de ce que vous êtes au plus profond de vous.

Trop nombreux sont les écrivains sans le sou pour que l’argent soit notre motivation première.

 

Feuilleter ici

 

Lettres à un jeune auteur, Colum McCann

 

Ton rôle est de donner à voir et à entendre au lecteur. Dans le mot juste se fondent le style et la richesse de l’imagination.

N’importe qui peut raconter une grande histoire, mais tout le monde ne chuchote pas à ton oreille un souffle de beauté.

Un écrivain n’est pas quelqu’un d’obsédé par l’écriture, ni qui en parle spécialement, ou projette de s’y mettre, ou dissèque ou vénère les mots : l’écrivain est celui qui pose son cul sur la chaise même s’il a envie de tout sauf ça.

On écrit pour essayer d’atteindre une vérité fondamentale dont tout le monde connaît l’existence, mais que personne n’a encore mise à nu.

Les écrivains sentent la grammaire plus qu’ils ne la connaissent. Cela dépend de nos lectures. Si tu lis suffisamment, tu feras peu d’erreurs. En définitive, la langue – son chatoiement – est bien plus importante que les règles de la police grammaticale.

Feuilleter ici

Donne du poids à l’imaginaire. Commence par douter. Va où personne n’est allé. Compose une langue unique. Sublime l’ordinaire. Pas de panique. Révèle une vérité inconnue. Divertis également. Soulage la soif de sérieux et de joie. On peut te retirer bien des choses – même la vie –, mais pas les récits que tu en fais. Pour toi, jeune auteur, ce mot donc, non dénué d’amour et de respect : écris !

 

Techniques du scénario, Pierre Jenn

 

La tension dramatique naît a partir du moment où l’auteur place des obstacles entre le héros et le but poursuivi par celui-ci.

Le conflit, on le sait, est le moteur de l’action. Mais l’affrontement entre personnages est souvent l’aboutissement d’une lente évolution qui part quelquefois du beau fixe pour ne déboucher que tard sur la tempête finale.

Les gens heureux n’ont pas d’histoire. Aristote avait déjà remarqué que tout personnage frappé d’un grand malheur ou en proie à de grandes difficultés éveillait chez le spectateur des sentiments de frayeur ou de pitié, déclenchant du même coup son identification à ce protagoniste de l’action.

Voir ici

 

L’anatomie du scénario, John Truby

 

Raconter une histoire ce n’est pas simplement inventer des événements ou se souvenir d’événements passés. Les événements ne sont que description. Le narrateur devra sélectionner, connecter entre eux et construire une série de moments intenses. Ces moments seront tellement passionnants que l’auditeur aura l’impression qu’il est en train de les vivre lui-même. Bien raconter une histoire, ce n’est pas simplement raconter au public ce qui se passe dans une vie. C’est lui donner l’expérience de cette vie.

Le public aime tout autant la partie émotionnelle (revivre une vie) que la partie intellectuelle (chercher à comprendre le puzzle).
Toute bonne histoire doit être composée de ces deux parties. Mais il existe tout un éventail de formes de fictions, qui s’étend d’un extrême à l’autre, du mélodrame sentimental à la plus cérébrale des histoires policières.

Feuilleter ici

Les faiblesses et les besoins sont le fondement de toute histoire.

Un personnage est un être fictionnel, créé pour montrer de façon simultanée qu’un être humain est totalement unique par un nombre illimité d’aspects, mais reste néanmoins un être humain, doté de caractéristiques que nous partageons tous.

Le Rideau, Milan Kundera

 

Dans le monde moderne, abandonné par la philosophie, fractionné par des centaines de spécialisations scientifiques, le roman nous reste comme le dernier observatoire d’où l’on puisse embrasser la vie humaine comme un tout.

Car l’œuvre, ce n’est pas tout ce qu’un romancier a écrit, lettres, carnets,
journaux, articles. L’œuvre, c’est l’aboutissement d’un long travail sur un projet esthétique.

Par définition, le narrateur raconte ce qui s’est passé. Mais chaque petit événement, dès qu’il devient le passé, perd son caractère concret et se change en silhouette. La narration est un souvenir, donc un résumé, une simplification, une abstraction. Le vrai visage de la vie, de la prose de la vie, ne se trouve que dans le temps présent. Mais comment raconter des événements passés et leur restituer le temps présent qu’ils ont perdu ? L’art du roman a trouvé la réponse : en présentant le passé dans des SCÈNES. La scène, même racontée au passé grammatical, c’est, ontologiquement, le présent : nous la voyons et l’entendons ; elle se déroule devant nous, ici et maintenant.

L’ouvrage de l’écrivain n’est qu’une espèce d’instrument optique qu’il offre au lecteur afin de lui permettre de discerner ce que, sans ce livre, il n’eût peut-être pas vu en soi-même. La reconnaissance en soi-même, par le lecteur, de ce que dit le livre est la preuve de la vérité de celui-ci.

Feuilleter ici

 

La seule chose qui nous reste face à cette inéluctable défaite qu’on appelle la vie est d’essayer de comprendre. C’est là la raison d’être de l’art du roman.

Finissons là-dessus. Je ne sais pas pour toi, mais je suis particulièrement touchée par cette dernière citation. Essayer de comprendre la vie : oui, je crois que c’est précisément pour cela que j’ai commencé à écrire et que j’écris encore.

Si tu désires lire des conseils très pragmatiques, techniques, d’écriture, tu peux lire mon article : 35 conseils d’écrivains célèbres.

Et toi, qu’est-ce qui te motive ? Qu’est-ce qui fait que tu peux rester des heures durant à aligner des mots qui chantent ? Retrouvons-nous dans les commentaires : j’ai envie de savoir ! Tes idées, tes sentiments peuvent être utiles à nous tous qui écrivons…

 

ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ ӿӿ

 

Besoin d’aide ? Clique ici pour découvrir ce que je propose.  

Besoin de réécriture d’un texte ? Découvre mon travail ici.

Faire partie de mes contacts privés, être prévenu des nouveaux articles et des promotions sur les formations ? Télécharge le Guide du démarrage à l’écriture, situé sur le côté droit de la page. C’est un document gratuit de 35 pages que j’ai écrit exprès pour toi. Tu feras aussitôt partie de la liste de mes contacts privés.

Ça, c’est un vrai cadeau pour un débutant comme moi, merci beaucoup, merci du fond du cœur, merveilleuse journée à vous.  Mounir  D.

De lire et de naviguer sur ton blog me fait du bien. J’aime ton intégrité. J’aime ta force de rebondir et de continuer ta route tout en encourageant l’autre à demeurer dans la sienne. J’aime ton blog. Je reviendrai.     Pierre

Je conseille de lire ce manuel de techniques de l’écriture et de le compléter, le cas échéant, par la formation en ligne très constructive (si elle est reconduite) organisée par Laure que je salue au passage.     Abdelfettah R.

 

 

 

 

 

 

 

illustrationTéléchargez votre Cadeau

2 Commentaires

  1. Valhère

    Bonjour, je vais puiser et me nourrir de votre richesse, je voulais vous le dire. Merci, je cherchais un lieu qui m’inspire pour re re redécoudre mon écriture et remiser mon découragement d’apprentissage inexistant. Merci chaleureux de mettre à ma portée tous ces trésors. Je suis autiste asperger, diagnostiquée il a deux ans, à 47 ans, alors je vis à reculon, je renais et ré-apprends à apprendre. j’aime écrire, j’ai expulsé le 1er en 3 mois, écriture automatique, j’ai réécris le second 5 fois en 5 ans et j’ai suspendu le troisième pour des corrections essentielles sur le second. Je comprends donc vos regrets, j’ai les même, mais nous avançons, n’est-ce pas et finalement, qu’importe le chemin. Merci chaleureux.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Valhère, pas facile votre chemin ! Mais je vois que vous n’êtes pas du genre à vous laisser abattre. Et bravo. Finalement, c’est se sentir avancer qui nous satisfait le mieux, vous avez raison. Alors avançons. Nous avons la chance d’avoir cette passion de l’écriture, profitons-en. Merci pour votre message qui me fait chaud au coeur. Pensez à télécharger la formation gratuite si ce n’est pas fait, elle peut vous intéresser, elle est sur la droite du blog ou sous les articles.
      A bientôt,
      Laure

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.