Latest Posts

Une semaine, un texte : défi n° 8 avec le verbe prendre

Une semaine, un texte : défi n°8 avec le verbe prendre

 

Crédit photo : L'ouie Palu

Crédit photo : L’ouie Palu

 

Cette semaine, j’ai « tiré » dans le dictionnaire le mot prendre. J’ai attaqué sans savoir où j’allais. Et comme toujours j’ai eu l’idée du dénouement vers la moitié du texte. La dernière phrase m’est venue, je l’ai écrite. Je n’avais plus qu’à trouver le moyen d’y parvenir logiquement.

 

                                                         PRENDRE

 

Il avait pris des décisions et même des positions. Il avait cessé de survivre. Il avait décidé de vivre. Jusque-là il avait subi les événements, été à la traîne de tout. Il avait obéi à ses parents, ses frères et sœurs, ses cousins et cousines, ses institutrices, ses instituteurs. Puis à ses professeurs. Il avait courbé la tête devant ses patrons, ses collègues, ses maîtresses. Puis il s’était marié : il avait cédé tout pouvoir à son épouse, plus tard à ses enfants. Il avait dit oui à sa boulangère, oui aux copains, oui, aux amis, oui, oui, oui. Il n’avait jamais dit NON.

Il était comme sont la plupart d’entre nous : fade humanité aux relent de brebis, prête à se laisser écraser par le premier venu, celui qui a plus de force, ou de culot ou de bagout… Il avait dit oui aux commerciaux, oui à son banquier, oui aux publicités. Il n‘avait jamais pris le pouvoir. Ne serait-ce que son pouvoir personnel intérieur. Prendre était un mot qui lui en imposait. Inconsciemment bien sûr. Il ne disait jamais : « J’ai pris les clefs de la voiture. » mais « Les clefs de la voiture sont dans ma poche. » Il ne disait jamais : « J’ai pris une décision. » mais « Je vais peut-être faire comme ça… » Il ne disait pas : « Ça fonctionnera. » mais « J’espère que ça va aller… »

Il était conforme à ce que la société et la majorité des êtres exigent les uns des autres : un passe-muraille, un monsieur tout gris qui ne prendrait aucun risque. La sécurité d’abord. Avant tout. Son père l’avait écrasé sans pitié, enfant. Sa mère avait été une figure falote, pétrie de peurs. Personne jamais ne l’avait défendu. Les malheureux sont durs entre eux : il n’existe pas de solidarité entre les brebis. Pourtant la société, les politiciens, les médiocres eux-mêmes s’évertuent à le faire croire et s’obligent à le penser. Ils jettent les mots solidarité à tous les vents pour se cacher que la générosité ne peut naître que dans des cœurs ardents.

Mais la révolte avait couvé durant quarante ans. Si faiblement, à si petit feu, sans bouillonnements au début, si bien que lui-même ne l’avait pas entendue. Puis elle avait commencé à bouillir petitement dans la marmite comprimée de son cœur aux alentours de la trentaine mais il n’en savait toujours rien car il n’avait toujours rien conquis : ni amour -son épouse l’avait choisi et il l’avait suivie- ni son métier -son père l’avait choisi pour lui- ni son mode de vie -métro boulot-dodo, ingénieur dans la région parisienne. Il avait tout accepté. Il avait commencé à ressentir des malaises, des vertiges. Parfois durant le trajet du soir, dans le train de banlieue bondé, de drôles d’idées le prenaient comme de ne pas rentrer chez lui. Il les chassait vite, embarrassé, honteux de ces curieux songes de paradis lointains, de Palm Beach, de Mexique, Rio, d’ailleurs, de jolies filles bronzées, de vie de milliardaire… Cela lui paraissait tellement cliché. Et il avait tant entendu que le rêve, c’est l’interdit suprême, le péché absolu, le tabou ultime ! « Allez, arrête de rêvasser ! Tu crois qu’on est là pour s’amuser ? On est là pour en chier ! » lui avait répété son père tous les jours de toute son enfance maudite. Or il ignorait que, pour une fois, il n’était pas pris par des idées, saisi par des idées venues de l’extérieur : ses idées-là venaient vraiment de lui. De l’intérieur. En vérité, il prenait ces idées au profond de son cœur et les laissait monter à la surface de sa conscience. Il les libérait. Il pensait être encore asservi mais il commençait doucement à remuer ses chaînes ; c’était le premier et doux cliquetis qui mène à la liberté, ces rêves exacerbés qui lui murmuraient de tout envoyer valser. Il comprimait néanmoins tout cela au fond de son cœur ; et celui-ci commença à avoir des douleurs, des palpitations. A trente-cinq ans, il avait déjà de la tension mais n’avait toujours pas conquis les moyens de comprendre pourquoi.

 

Crédit photo : vivreabruxxl

Crédit photo : vivreabruxxl

 

Le saut du lit était de plus en plus douloureux. Ses collègues ne l’amusaient plus. Ses enfants le peinaient. Sa femme l’exaspérait. Son chien l’agaçait. Sa routine le déprimait. Sa maison le barbait. Il avait envie de remonter sa couverture jusqu’au menton et de rester là, dans le silence, seul, jusqu’à la fin des temps. D’autres fois, de se lever, tout plaquer, disparaître sous une autre identité, refaire sa vie comme dans un roman d’espionnage, loin au Brésil, au Guatemala, à Cuba, n’importe où en Amérique du Sud. Il se traînait pourtant au bord des larmes jusque à la salle bains, ablutions et rasage, rêvait de devenir milliardaire en s’aspergeant sans conviction d’Habit Rouge de Guerlain et partait au boulot comme on va aux galères. Il se mit à tout détester, même sa voiture. Tout lui semblait sans grâce, sans beauté, sans vie. Il se détestait de dire oui, encore oui, toujours oui. Sa conscience s’éveillait.

Il dû faire un séminaire de deux jours à Lyon pour sa boîte, avec des collègues ingénieurs : business et stratégies de transformation des ressources informationnelles dans l’informatique. Rien d’excitant, vraiment. Mais partir de chez lui, même pour deux jours, c’était un soulagement. Le déclic eut lieu sans que rien ne l’annonce ; le premier soir, dans le tiroir de la table de nuit, il trouva un livre oublié par le précédent occupant : Réfléchissez et devenez riche de Napoléon Hill. Un livre, écrit en 1937 par un homme qui avait passé vingt-cinq ans à compiler les stratégies pour atteindre le succès dans tous les domaines de l’existence, allait l’aider à faire éclore tous ses rêves au soleil comme une graine, trop longtemps contenue dans les profondeurs de la terre, germe, et naît soudain sous la forme d’une plante pleine de vie, dans la liberté de la lumière. Cette nuit-là, il ne dormit pas. Il était âgé de quarante ans depuis deux jours et voici qu’il entamait la seconde partie de son existence avec en main le plus sûr des guides ! Ce fut un miracle, une révélation. Quelqu’un enfin posait un regard plein d’espoir et bienveillant sur l’existence. Quelqu’un enfin lui disait que tout est possible, que vivre peut être un choix d’actions délibérés visant à des buts précis. Que l’existence peut être autre chose qu’attentisme et prudence mais développement de soi et de ses compétences. Napoléon Hill lui chantait à l’oreille une rengaine enthousiasmante, jamais entendue auparavant : chacun a le droit et le devoir de régler sur son goût et ses désirs profonds sa destinée. Au petit matin, les yeux rougis par sa lecture, il décidait de se faire porter pâle. A sept heures, il téléphonait à l’organisateur du séminaire pour le prévenir qu’il avait été pris par une subite gastro-entérite accompagnée d’une fièvre violente. A sept heures cinq, il téléphonait au bureau d’accueil pour demander à réserver la chambre durant deux journées supplémentaires. A sept heures dix, il téléphonait à sa femme pour la prévenir qu’il était trop malade pour rentrer chez lui.

Il brancha son ordinateur et tapa : développement personnel, ces deux mots qui peuvent transformer une existence.

Deux années plus tard, divorcé, il vivait à Brasilia. Il avait une nouvelle compagne. L’entreprise qu’il avait créée prenait son envol vers le succès dans une courbe exponentielle. Un jour, il connaîtrait la liberté financière. Ses enfants venaient le voir en vacances et le regardaient avec d’autres yeux : ils se montraient fiers de leur père, cet homme qui avait dit oui à tout le monde et non à la vie durant tant d’années avant de dire NON à ceux qui tentaient de lui imposer leurs vues mais OUI à la vie et de sourire enfin à pleines dents. Ils s’étaient supportés tant bien que mal. Le lien mesquin qui les avait unis, fait d’habitudes et d’obligations, était redevenu le lien d’amour qui avait été le leur au moment de leur naissance.

Il savait maintenant ce que veut dire le mot prendre. Car il prenait enfin son destin en main.

 

Crédit photo : Xavier Donat

Crédit photo : Xavier Donat

 

Mes commentaires :

J’ai beaucoup joué sur la répétition. Le verbe prendre y est très présent, conjugué ou à l’impératif. Mais pas seulement : on trouve de nombreux « il avait.. », « il était », « il n’avait jamais… » dans cette minuscule nouvelle. La répétition marque la monotonie, l’ennui épouvantables de cette existence brisée, martèle le propos dans le cerveau du lecteur. Elle crée aussi un rythme de lecture agréable, ronronnant, dont on attend cependant de sortir. On en sort en même temps que le personnage : en effet, les répétitions prennent fin avec sa découverte du livre de Napoléon Hill et donc avec l’éveil du héros. Le procédé de la répétition autour du verbe prendre est repris dans les deux dernières phrases, faisant écho mais à l’inverse à ce que le mot prendre évoquait au personnage avant de prendre en main son destin. la boucle est bouclée.

La répétition est un procédé simple et terriblement efficace. Il peut se montrer lourd (et ce peut être utile à l’émotion du texte) ou au contraire élégant. C’est un procédé à ne pas négliger. Pour l’utiliser, le meilleur guide est l’oreille. Si vous avez un doute, n’hésitez pas à lire à haute voix votre travail.

Ah, oui ! Il va sans dire que tous les adeptes de développement personnel et lecteurs du célèbre Réfléchissez et devenez riche de Napoléon Hill s’amuseront bien à cette lecture. Quant à ceux qui ne l’ont pas lu, je vous conseille de le faire… car ce livre est une mine de tactiques pour mieux vivre, et assumer ses désirs et ambitions dans tous les domaines de la vie.

Et vous, que pensez-vous de ce petit texte ?

13 situations dramatiques pour écrire un roman (article n°3)

13 situations dramatiques pour écrire un roman (article n°3) d’après Georges Polti

 

Crédit photo : bengal*foam

Crédit photo : bengal*foam

 

Et voici, après l’article n°1 et 2 que vous pouvez consulter en cliquant ici(1) et ici (2), 13 dernières situations dramatiques décrites par Georges Polti. De bonnes vieilles recettes pour mijoter un  roman aux petits oignons. Recettes simples et efficaces qui ont maintes fois fait leurs preuves.

Recette n°1 :

Un personnage  supplie un autre personnage de l’aider. Sa vie peut par exemple être en danger. (Le Choix de Sophie, William Styron)

Recette n°2 :

Un personnage ou des personnages provoquent une catastrophe, une destruction quelle soit psychologique ou physique. Ce peut aussi être une catastrophe naturelle ; on retrouve cela dans une certaines catégorie de livres de science-fiction. (Les Diaboliques, Barbey d’Aurevilly)

Recette n°3 :

Un personnage voue une haine profonde à un autre personnage. Ce peut être un personnage pour un groupe, ou un groupe pour un autre, une guerre des clans, etc. (La Vérité sur Bébé Donge, Georges Simenon)

Recette n°4 :

Un personnage se laisse emporter à commettre un adultère meurtrier. Il tue un autre personnage pour posséder son mari ou sa femme. (au cinéma, c’est Ascenseur pour l’échafaud, Louis Malle)

 

Crédit photo : @HayeurJF

Crédit photo : @HayeurJF

 

Recette n°5 :

Un personnage ou un groupe commet une erreur fatale. (Hercule Poirot, Agatha Christie)

Recette n° 6 :

Un personnage sacrifie sa vie à un idéal. (La centrale d’énergie, John Buchan)

Recette n°7 :

Un personnage ou un groupe sacrifie un proche pour un idéal supérieur ou qu’il croit supérieur. (L’ignoble Torquemada dans la pièce de Victor Hugo)

Recette n°8 :

Un personnage commet un crime d’amour. (Carmen, Prosper Mérimée)

 

Crédit photo : ¡Classical Com

Crédit photo : ¡Classical Com

 

Recette n° 9 :

Un personnage aimé se déshonore en se livrant à des actes répréhensibles. (Before and after, de Rosellen Brown, devenu Le Poids du déshonneur au cinéma).

Recette n°10 :

Un personnage ou un groupe lutte contre dieu ou des dieux (dans l’Odyssée, Ulysse et ses compagnons passent leur temps à lutter contres les dieux avant de parvenir à retourner à Ithaque).

Recette n°11 :

Un personnage ou un groupe est victime d’une erreur judiciaire et condamné. (Le Comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas)

Recette n°12 :

Un ou des personnages, ou un groupe, ont mal agi. Ils sont rongés par le remords. (Là, ce sont deux personnages, deux complices, dans Thérèse Raquin, Zola)

Recette n° 13 :

Un ou des personnages se retrouvent ou se reconnaissent et vivent des retrouvailles après une longue absence. (L’Amour aux temps du choléra, Gabriel Garcia Marquez)

 

Crédit photo : Jinx!

Crédit photo : Jinx!

 

Voilà, la boucle est bouclée. Mais je pense qu’on pourrait dépasser le nombre de 36 situations dramatiques en se creusant la tête. Je le tenterai peut-être un jour. Pour voir les 23 autres situations dramatiques d’après Georges Polti, vous pouvez lire mon article n°1 et mon article n°2.

Et vous, avez-vous d’autres idées de situations dramatiques pour écrire un bon roman ? Vous pouvez partager vos idées ci-dessous, dans les commentaires.

 

 

 

La France est Liberté, défi n°7

Cette semaine, comme pour nous tous avec ces événements tragiques, la routine me semble plus difficile à gérer. Je n’ai pas envie de publier mon article et ce court poème m’est venu il y a quelques minutes. Alors va pour ce poème ! Je sais qu’il vous parlera. Et c’est donc mon texte de la semaine. C’est en quelque sorte mon défi numéro 7, même si je n’ai pas tiré un mot au hasard dans mon dictionnaire. C’aurait pu être le mot liberté.

 

Crédit photo : Wally Gobetz

Crédit photo : Wally Gobetz

                         LA FRANCE EST LIBERTE

 

Par-delà les mots, par-delà les larmes,

La France est grande pour l’éternité.

Un peuple qui se bat,

C’est toujours la camarde

Qui vient le narguer

Dans un bruit d’os brisés.

Par-delà nos frontières, par-delà nos chimères,

France des rêves éveillés,

Des désirs fous de liberté,

France de nos enfances,

France de nos souffrances,

Tu restes grande pour l’éternité.

En a-t-il fallu des combats, des revers,

Des batailles perdues,

Du sang sur nos pavés ;

En a-t-il fallu des règnes de monarques,

Des souverains fiers aux têtes guillotinés ;

En a-t-il fallu des manants aux campagnes,

Harassés de travail, durement exploités,

Des ouvriers broyés par la cadence infernale

De machines sans cœur, des patrons dévoyés,

Pour te faire aujourd’hui

Plus grande que ton âme,

Construite de remords, de combats et d’idées ;

En a-t-il fallu du courage et des armes,

Des cris et des rumeurs,

Des savants, des créateurs,

Pour t’amener aujourd’hui

Sous le feu de mitrailles

A dire NON encore :

La France est Liberté…

 

      Laure Gerbaud

 

 Le défi n°6 m’avait mise à l’épreuve avec l’étrange et beau mot : anthémis. Quant au mot liberté, il ne m’est pas venu au hasard : un mot que j’estime particulièrement, que j’essaie d’appliquer dans ma vie, et qui, au vu des circonstances… Ce poème s’est écrit comme une évidence.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une semaine, un texte : défi n°6 avec le mot anthémis

Une semaine, un texte : défi n°6 avec le mot  anthémis

 

Crédit photo : guillaume

Crédit photo : guillaume

 

Un peu de retard cette semaine. Il faut dire qu’au bout de la cinquième semaine alitée, avec des poumons qui ne m’oxygènent plus aussi bien, et les attentats de vendredi, il est difficile de me concentrer. Vous me pardonnerez sans doute. Mais le texte est là même si je le poste un dimanche. Je tiens mon pari.

Je suis tombée sur le mot anthémis. Un mot savant qu’on n’emploie pas couramment, à moins d’être jardinier, fleuriste passionné de botanique, ou poète dans l’âme. Il est vrai que le mot tourne bien dans la bouche, il est élégant, un rien désuet : Anthémis, Anthémis, Anthémis. Ce mot est doux à l’oreille, on en ferait presque un prénom. Naturellement m’est venu un court texte qui est un hymne à l’amour, à la tendresse, à la poésie de la vie, à la nature. Très loin de notre monde de plus en plus brutal, très loin de la sauvagerie dont nous sommes témoins -ou victimes.

 

Crédit photo : aurelien

Crédit photo : aurelien

 

                                             ANTHÉMIS

 

Anthémis… le nom faisait rêver. Et pourtant rien de plus simple qu’une anthémis. C’est une fleur qui ressemble à s’y méprendre à la marguerite ou la pâquerette. On la voit par bosquets, jaune ou blanche au cœur jaune, la plupart du temps. On la voit moins souvent rose ou mauve. L’anthémis est de la famille des Astéracées qui donne aussi la fleur dont on fait des infusions de camomille.

Et pourtant… Il me revient le souvenir d’une demoiselle au cœur jaune et à la collerette parme, toute simple, moi qui fut amoureux éperdu de ses pétales lisses, son cœur duveteux, ses effluves parfumées très discrètes. Je m’y posais tous les matins, sitôt mes ailes baroques de papillon orange et noir défroissées de la nuit. La rosée me la rendait plus belle encore, plus désirable. Elle semblait si tendre, si émouvante dans l’atmosphère floue et embrumée du petit matin. Je m’y posais léger, discret, heureux, timide, timoré même. Le cœur transi du désir de lui plaire. Je n’étais jamais tombé amoureux d’une fleur. J’en avais connu d’altières, sans défauts, parfaites : des renoncules sublimes, des jasmins époustouflants, des chrysanthèmes énormes, des pivoines de sang… Mais rien ne me parût plus émouvant que cette modeste fleur quand je la rencontrai un matin, aux alentours de midi, dans une fournaise d’été. Elle était là, dans le champ, entourée de ses sœurs groupées en massifs touffus, mais mes yeux, comme dans toute rencontre amoureuse, ne virent qu’elle. Une Anthémis merveilleuse…

Je sus que c’était elle, c’est tout. Parce que c’était elle, parce que c’était moi. J’aimais son esprit rustique, ses répliques sans malices, son cœur débordant de tendresse, son allant pour les choses de l’amour.

Nous fîmes vite connaissance. Le soir même nous faisions l’amour comme des sauvages. Toutes la journée ses sœurs avaient copulés avec des libellules, des coccinelles, des abeilles, des guêpes, des scarabées et j’en passe. Pour nous, ce fut au soir couchant, dans les débauches de dentelles roses et saumonées abandonnées par les cieux : le soleil faisait l’amour à la terre avant de s’endormir. Nous en fîmes autant. Anthémis ferma sur moi la multitude de ses feuilles mauves, m’étreignit avec douceur, sans blesser mes ailes fragiles, sans en faire tomber leur précieuse poudre nacrée. Elle était si délicate sous son apparente rusticité ! Bientôt nous nous abandonnâmes à tous les charmes de notre ivresse amoureuse. J’embrassai son cœur avec ardeur, la travaillai de mes grêles  pattes et elle s’extasiait, pâmée. Jamais je n‘avais donné tant de bonheur à une partenaire ! Elle roucoulait de plaisir, et je rougissais de bonheur. Le sexe, jamais, ne m’avait  paru plus délicieux ! Un papillon fait l’amour avec les papillons, c’est dans sa nature. Mais avec les fleurs ! Je m’étais éloigné des sentiers balisés ; je savais qu’il m’en serait fait reproche dans ma communauté. Elle était paysanne, je suis aristocrate.  Une Anthémis des champs, commune Anthémis arvensis, frayait avec un Monarque, un Danaus plexippus, grand voyageur. Mon exotisme ne lui déplaisait pas : j’étais né en Californie, j’avais vécu au Mexique. Mais qu’importait ! A partir de ce jour, ce furent chaque jour les transes au soleil déclinant, les soupirs, les convulsions, les cavalcades furieuses, le bonheur d’exister. Tout l’été se passa ainsi, amoureusement. Nous étions attachés comme de jeunes mariés. Nous savions cependant que l’existence d’une fleur est courte. La mienne non plus ne durera pas. Mais comme nous avons su en profiter ! Je l’ai accompagnée jusqu’au dernier souffle. Elle est morte rapidement, hier, en une journée à peine. J’en ai  moi-même encore pour deux ou trois jours sur cette terre mais je m’en moque. Je pars serein. J’ai réussi mon court passage. J’ai profité de tout. Et s’il existe un au-delà, nous nous y retrouverons dans peu de temps.

 

Crédit photo : devilminghk

Crédit photo : devilminghk

MES COMMENTAIRES :

Un texte bref comme l’existence d’une fleur et d’un papillon. Je me suis d’abord demandé pourquoi je n’avais pas davantage d’inspiration car j’ai trouvé le texte bien court. Puis je me suis rendue compte que sa brièveté s’expliquait : il fallait un rythme rapide pour rendre la fugacité et l’intensité de cette histoire d’amour. La poésie vient donc davantage de l’histoire d’un amour, curieux, entre les protagonistes de deux espèces -végétale et animale- faisant fi de ce qui les oppose, en toute liberté et plaisir, que de la recherche stylistique. Pour dire vrai, le style est naturel, je n’ai rien forcé, rien travaillé. Morale de l’histoire : l’amour existe parfois là où nous ne l’attendons pas pour peu que nous ouvrions les yeux.

Que pensez-vous de mon défi ? Avez-vous lu le dernier défi avec le mot gloutonnerie ? Avez-vous un texte à poster ci-dessous, qui mette en valeur le beau nom d’anthémis ?

 

13 situations dramatiques pour écrire un roman captivant (2)

13 situations dramatiques pour écrire un roman captivant (2)

Crédit photo : Chris Drumm

Crédit photo : Chris Drumm

 

Continuons la liste, constituée par Georges Polti, des 36 situations dramatiques qui permettent d’écrire un roman captivant. Entamée dans le premier article, que je vous enjoins à lire, si ce n’est pas fait, en cliquant ici, nous avons déjà parcouru 10 situations. Aujourd’hui, vous allez en voir 13 autres, 13 recettes pour écrire un roman envoûtant si vous manquez d’idées. En traitant de l’une d’elle, l’intérêt du lecteur pour votre histoire est… garanti !

Recette n°1 :

Le personnage principal ou plusieurs personnages traversent l’épreuve du deuil d’un ou de personnages aimés. (Les Âmes grises, Philippe Claudel ; et là j’en profite pour vous dire que ce roman est d’une extraordinaire beauté triste et d’un style inoubliable. Je vous conseille vivement de le lire.)

Recette n°2 :

Le personnage principal ou plusieurs personnages, par jalousie, commettent des actes regrettables. (Maigret se trompe, Georges Simenon. La jalousie est du reste un motif de meurtres qui revient souvent dans les livres de Simenon.)

Recette n°3 :

Le personnage principal ou plusieurs personnages sont portés par leur ambition et prêts à tout. (Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir, de Sthendal. « Il était sur le point d’avouer à Madame de Rênal l’ambition qui jusqu’alors avait été l’essence même de son existence. »)

Recette n°4 :

Le personnage principal est entravé dans son amour pour un autre personnage par un individu, un groupe, la société. (L’Amour aux temps du choléra, Gabriel Garcia Marquez . Un chef-d’oeuvre, l’un de mes livres préférés, un guide pour moi, une source d’inspiration intarissable !)

Recette n°5 :

Le personnage principal sacrifie tout à sa passion pour un autre personnage. L’issue de cet amour est fatale. ( Le Père Goriot, Honoré de Balzac. Il se sacrifie pour l’amour de ses filles)

 

Crédit photo : yonolatengo

Crédit photo : yonolatengo

Recette n°6 :

Un ou des personnages vivent un inceste. (L’Amant de la Chine du Nord, Marguerite Duras)

Recette n°7 :

Un personnage entre en rivalité avec un autre car il désire parvenir à la même situation. (Pierre et Jean, Guy de Maupassant)

Recette n°8 :

Le  personnage principal ou un groupe de personnages résout une énigme complexe. (Ulysse, dans L’Odyssée d’Homère ; un exemple contemporain : Harry Potter et ses amis.)

Recette n°9 :

Le personnage en kidnappe un autre. (Rançon, Danielle Steel)

Recette n°10 :

Le personnage, pris de folie, commet un ou des meurtres. (Le Horla, Guy de Maupassant)

Recette n°11 :

Le personnage principal ou un groupe, par son audace, tente d’atteindre un but a priori inatteignable. (L’Île au trésor, Robert Louis Stevenson)

Recette n°12 :

Le personnage ou un groupe se bat à armes inégales : son adversaire est plus fort que lui. (Ivanohé, Walter Scott)

Recette n°13 :

Le personnage tue un l’un des siens sans le savoir. (Oedipe roi, Sophocle)

Crédit photo : byronv2

Crédit photo : byronv2

 

L’une de ces situations dramatiques vous inspire-t-elle à écrire votre roman ? Ou l’une d’elles vous a-t-elle déjà inspiré ?

 

 

 

Une semaine, un texte : défi n°5 avec le mot gloutonnerie

Une semaine, un texte : défi n°5 avec le mot gloutonnerie

 

 

Mon doigt a pointé le mot gloutonnerie. Pas très inspirant au premier abord. Ma tactique est toujours de ne pas réfléchir dans ces cas-là, quand la contrainte me semble difficile, car si les questions et le doute s’installent, la peur de ne pas y arriver se… pointe aussi ! Et là, c’est mort. C’est ce que la plupart des gens prennent, dans n’importe quel domaine, pour la panne d’inspiration. A ce propos, vous pouvez lire mon article précédent. Il faut éviter absolument de reporter l’action dans ces cas-là.

 

Crédit photo : Prayitno

Crédit photo : Prayitno

 

Je ne me donne pas plus de quelques secondes, trente peut-être, et jamais plus d’une minute, pour me précipiter sur mon traitement de texte et écrire le premier mot qui me vient à l’esprit. Là, je peux dire que je me suis précipitée vraiment dans les premières secondes, tellement le mot gloutonnerie m’est étranger. Je n’ai aucune occasion de l’employer dans ma vie. Et puis, mot après mot, j’ai découvert ce qu’il m’évoquait. C’est toujours un étonnement pour moi d’écrire car je découvre ma pensée au fur et à mesure que je la déroule. Et je la découvre plus totalement encore quand je me relis pour corriger. J’ai entrevu la chute à peu près à la moitié du chemin. Je n’avais plus qu’à boucler le texte.

 

                                        GLOUTONNERIE

 

 

Il mangeait avec délices, comme on mange du caviar, du E330, de l’hydroxytoluène butylé, des huiles partiellement hydrogénées, du glutamate de sodium, nitrate de sodium, benzoate de sodium, sulfites, E510, E527, E123… Tout y passait : colorants de synthèse, sucre blanc raffiné, saucisses frites, hamburgers, boites de conserves trop salées, trop sucrées, les deux en général, mauvaises graisses, acides gras insaturés, huile de palme à gogo, viandes misérables bourrées de tout ce qu’on voudra, légumes et fruits, saturés de pesticides, dont il ne lavait même pas la peau,  merguez, gâteaux sous vide, sodas de toutes les couleurs, arc-en-ciel des sachets de bonbons… Que n’avait-il pas testé, englouti ? Ses veines charriaient des hormones, des médicaments, des colorants, des exhausteurs de goûts, des parfums artificiels, de la margarine, de l’aspartam, amenaient tout cela dans la pompe de son cœur à raison de 8000 litres quotidien ; ses poumons pompaient 15 000 litres d’air vicié chaque jour car il fumait comme un troupier, n’aérait pas son appartement, végétait entre ses cendriers emplis de cendre froides et ses poubelles, qu’il descendait rarement.

Au début, il commença par prendre un air triste, de circonstance car quand on décide de se suicider à petit feu, il est assez normal d’être malheureux. Puis ce fut un air grisâtre car il commençait à se décolorer, son teint virant au blême mâtiné d’une touche de verdâtre. Son foie divaguait, ivre de tenter de transformer des quantités de cochonneries en nutriments. Une mission impossible. Il s’était habitué au fur et à mesure des années à ce visage, éteint dans le miroir, qui ne ressemblait plus à celui du jeune homme allègre qu’il avait été. Il manquait de foi, de croyance en lui-même et en sa volonté. Il n’en faisait plus jamais usage. Il cessa de chercher un métier. Devenu ce glouton affalé sur son canapé, gavé de chips et de bière, il attendait de mois en mois son minimum social. Un instrument parfait du capitalisme. Sa gloutonnerie lui faisait rendre chaque centime qu’il touchait dans la broyeuse de la société de consommation. Il n’avait aucune conscience de sa condition de pantin. Il croyait même être malin, profiter du système. Mais le système le tenait par l’estomac.

 

Crédit photo : darvoiteau

Crédit photo : darvoiteau

 

Il avait même fini par trouver la chose confortable. Pieds nus dans ses pantoufles défraichies, pas rasé, pas lavé, il attendait la fin du monde devant une quelconque émission de télé-réalité et, ma foi, la situation n’était plus aussi désagréable… Finalement, personne pour lui poser problème puisqu’il ne fréquentait personne, pas de travail à fournir puisque la société avait prévu de pourvoir à sa gloutonnerie, aucune ambition, tout allait bien. Malheureux comme les pierres dans les premières années, il se sentait serein maintenant, confortablement installé dans sa médiocrité. Et puis, il avait installé le rituel des courses ; au lieu de faire ses provisions une fois par semaine, il descendait tous les jours au supermarché pour le plaisir de déambuler entre toute cette victuaille qui le faisait saliver. C’était comme une pulsion sexuelle irrésistible pour lui qui avait abandonné le sexe comme le reste. Et il achetait, compulsivement, chaque jour, de quoi s’empiffrer et, comme pour fêter ce nouveau bien-être, bien qu’il soit physiquement usé jusqu’à la trame – car il était maintenant obèse et ses poumons avaient du mal à supporter ses cent quarante kilos, il mangeait de plus en plus de sucreries. Bonbons, biscuits, limonades… La triade de l’enfance ! Son estomac, ses intestins, son corps ne comptaient plus les produits cancérigènes, et allergisants qu’il ingurgitait avec tant de bonheur. Il vivait dans un monde de rêves colorés ; dans son esprit malade défilaient des Haribo, des crocodiles en gelée, des nounours, des Chamallows, des Têtes brûlées, des guimauves, des bonbons acidulés, à la réglisse, à la menthe, des chocolats au lait, des tablettes au riz, des chocolats blancs, des Mon Chéri, des Toblerone, des  Ferrero Rocher, des Papy Brossard, des Prince, des Mikado, des Kinder, sans compter les pots de Nutella proprement vidés à la cuillère. Ses veines charriaient presque exclusivement de l’acide ascorbique, du E110, E133, E171, du malate acide de sodium, de l’acide malique, du E131, E163, E306, E111, E925, E386, E240, glycérol de diamidon hydroxypropilé, octényl succinate d’amidon sodique…

Ce matin-là, il se leva aussi mollement que d’habitude pour prendre ses trois grands bols de Banania sucrés et son énorme brioche à l’huile de palme quand le miroir du couloir le surprit au passage. Il y vit vaguement la tête bariolée d’un clown, s’arrêta interloqué, fit un pas en arrière et se concentra sur l’image que le miroir lui renvoyait : à n’en pas douter, c’était lui ce clown grotesque, gonflé comme un bibendum, au visage couvert de taches de couleurs, de toutes les couleurs. Les colorants avaient fait leur effet. Ses mains, sa bedaine, tout son corps montraient les stigmates de sa gloutonnerie : les couleurs acidulées se mêlaient dans une sarabande joyeuse sur le moindre recoin de sa peau. Ses cheveux même étaient aussi bariolés qu’une foule un jour de foire ! Sa première pensée fut : « Comment je vais faire pour aller acheter à manger au supermarché ? »

 

Crédit photo : Günter Hentschel

Crédit photo : Günter Hentschel

 

MES COMMENTAIRES :

 

L’écriture dévoile toujours la pensée de l’auteur, même quand elle ne parle pas de lui. La critique sociale est là, et il n’est pas difficile de comprendre ce que je pense de la société de consommation et du capitalisme outrancier. Ni même du laisser-aller de certains individus. Ne craignez pas de laisser transparaître votre pensée, vos opinions. C’est le nerf de votre écriture. Un esprit consensuel ne donnera jamais que des écrits ennuyeux et insipides. Soyez vous-même.

Le style de ce texte est sans fioritures et sans intérêt particulier. Mais sa neutralité donne l’avantage à ce qui est raconté et à une certaine ironie.

    Et vous, qu’est-ce que le mot gloutonnerie vous évoque ? Et avez-vous lu le défi avec le mot diviseur ? Merci de nous partagez vos idées ou votre texte dans les commentaires ci-dessous.

Débarrassez-vous de la panne d’inspiration !

Débarrassez-vous de la panne d’inspiration !

Stephen Poff

                                                                                                  Crédit photo : Stephen Poff

Je vais vous révéler un secret :

La panne d’inspiration est un tigre de papier !

Et d’abord, qu’est-ce qu’un tigre de papier ?

 

J’ai remarqué que beaucoup de gens ne connaissent pas cette expression. Je vais laisser un homme de lettres, un aventurier, un grand marin énarque, Jean François Deniau, vous l’expliquer :

« Dans sa quête de Graal, Lancelot est arrêté par un précipice traversé seulement par une épée tranchante. De l’autre côté du précipice, un lion menaçant rugit. Tous les autres chevaliers renoncent, sans faillir à l’honneur : à l’impossible nul n’est tenu. Contre toute raison, Lancelot engage un pied sur l’épée, puis un autre. Et au fur et à mesure qu’il se rapproche de l’autre rive du précipice, le lion menaçant s’amollit, se dégonfle et disparaît en nuée. C’est exactement la parabole de Mao Tsé-toung sur les tigres de papier, superbe page que l’on peut relire. En paix comme en guerre, toute difficulté apparaît d’abord comme insurmontable. Attaquer les troupes du Kouo-ming-tang semblait totalement irréaliste. Pour montrer que cela pouvait être réaliste, il fallait d’abord les attaquer. Toute difficulté avant de l‘aborder, est un tigre d’acier. Si on l’aborde avec résolution, elle devient un tigre de papier. »

Cette citation est extraite des Mémoires de 7 vies, tome n°1 Les temps amoureux. Au passage, je vous recommande de le lire : Jean François Deniau est un personnage de roman et son autobiographie se lit comme un roman tumultueux, passionnant. Ce livre est un régal.

 

Crédit photo : patricia m

Crédit photo : patricia m

Vous avez compris ce qu’est un tigre de papier. La panne d’inspiration n’existe pas. C’est une panne de foi. De croyance en soi. Provoquée par un ensemble de peurs. C’est une excellente nouvelle, non ? A celle-ci peuvent s’ajouter une mauvaise stratégie et de mauvaises tactiques, et là on peut toujours les améliorer.

La deuxième bonne nouvelle, c’est que retrouver la foi en soi en perdant ses peurs et mettre en place de bonnes stratégies, c’est possible. On commence maintenant !

Programmez-vous à avoir de l’inspiration

Si vous avez la croyance que vous allez réussir, vous allez réussir. Si vous avez « acheté la croyance », comme disent nos amis canadiens, que vous aller échouer, vous aller échouer. Achetez donc la croyance que avez une imagination débordante et que l’inspiration ne vous manquera jamais.

Si vous avez la foi que vous avez des choses à partager, à raconter, à écrire, vous allez en avoir. Si vous ne trouvez rien à partager, à raconter, à écrire, c’est seulement que vous n’avez pas foi en vous-même ; vous ne pensez pas que vous êtes intéressant, que ce que vous avez vécu, ressenti, mérite que vous le partagiez, racontiez, écriviez. Que vous allez passionner vos lecteurs. Tout simplement. En réalité, ce que vous prenez pour un manque d’inspiration, ce sont vos peurs. Vous êtes paralysé par la peur de mal faire. Permettez-vous de penser que vous êtes inspiré.

 

Crédit photo : Hartwig HKD

Crédit photo : Hartwig HKD

Quelles sont les peurs qui paralysent votre inspiration ?

Elles sont au nombre de 5 :

la peur de réussir, la plus surprenante de toutes, et pourtant… (Que se passera-t-il si je réussis mon roman ? Si je suis publié ? Interviewé ? Vais-je être à la hauteur ?)

la peur d’échouer, beaucoup plus commune (Je serais vraiment nul si j’échoue ce roman, comment pourrais-je me supporter ?)

la peur d’être rejeté (Comment mon roman va-t-il être accueilli ? Et s’il ne plaît pas ? Et si je suis ridiculisé ? Si je ne trouvais pas d’éditeur ?)

la peur du changement (Que se passera-t-il si je termine mon roman ? Si je le réussi ? Il faudra chercher un éditeur, le défendre et je n’ai pas l’habitude. Si je suis publié, il faudra faire des salons, des signatures, je vais devoir m’organiser autrement…)

la peur de manquer (Si le roman est publié mais qu’il n’est pas bien vendu ? Si j’ai perdu mon temps ? Je ferais mieux de passer les heures que j’occupe à écrire à faire des heures supplémentaires, au moins ça me rapporterait de l’argent alors que là j’en perds puisque je ne suis pas payé…)

Si vous êtes touché par ce genre de peurs, il faut les éliminer goutte que goutte. Ce sont elles qui vous vident le cerveau dès que vous vous asseyez face à votre écran ou votre feuille blanche.

 

Crédit photo : stuart anthony

Crédit photo : stuart anthony

Qu’est-ce qu’un roman, au fond ?

La peur vous fait oublier la plus banale des notions, celle à laquelle vous devez absolument vous accrocher pour retrouver votre inspiration : écrire un roman, c’est avant tout écrire une histoire. Avec les millions de sensations, d’émotions, d’anecdotes, de rencontres, d’expériences que nous vivons tous, il est impossible que nous n’ayons rien à partager. Sans compter nos lectures, notre culture, nos apprentissages. En faire une histoire avec d’autres personnages que nous-mêmes, leur insuffler ces émotions humaines que nous connaissons tous au travers d’une intrigue, c’est écrire un roman. C’est simple, au fond. Les mamans et les grands-mères racontent des histoires à leurs enfants depuis la nuit des temps, les gens le faisaient spontanément à la veillée avant l’industrialisation et les télévisions au foyer, et le font encore dans certaines parties du monde. Chaque peuple a ses légendes, ses contes, ses mythes, ses héros. Chaque individu aussi, et vous en êtes un. Vous avez forcément quelque chose à nous raconter.

Qu’est-ce que l’inspiration ?

L’inspiration est naturelle à l’être humain. Sans imagination, l’homme ne serait qu’un scolopendre. C’est même la différence fondamentale entre l’humain et l’animal : l’inspiration, l’imaginaire. Sans imaginaire, pas d’arts, pas de sciences, pas de créations techniques, technologiques, médicales, pas d’avions, pas de ceci, pas de cela… Le premier homme qui a inventé de conserver le feu n’a-t-il pas preuve d’inspiration ? Celui qui a inventé le premier abri de branchages, le silex taillé, la roue ? Elle est partout, en tout, à chaque instant. A vous d’ouvrir les yeux et de laisser faire votre imagination.

Le bon état d’esprit pour trouver et conserver l’inspiration (votre stratégie)

Comme pour atteindre d’autres objectifs dans votre vie, il s’agit de ne pas considérer le but (le roman fini) comme une énorme montagne infranchissable mais comme un chemin qui vous amènera tranquillement au sommet de la montagne.

Au sommet donc de votre Himalaya, le roman. Evidemment, si vous vous dites : « Aie, aie, aie, si je dois gravir 8000 mètres à mains nues, sans matériel, sur une semaine, ça va être difficile ! »

Par contre, si vous vous dites : « Bon, c’est raide, c’est certain, mais je vais prendre le matériel nécessaire, chaussures, tente, duvets, eau, nourriture et autre (dans notre cas les techniques d’écriture et l’accompagnement pour être motivé) et je vais grimper tranquillement pendant un an. Je vais bien finir par y arriver. »

 

Crédit photo : Kiril Rusev

Crédit photo : Kiril Rusev

Vous avez compris l’idée : vous ne devez pas considérer votre roman comme une énorme entité insurmontable et vous ne devez pas vous fixer sur votre objectif (je sais, on vous dira souvent le contraire !) mais sur les petits obstacles du chemin, pour continuer à grimper. Les franchir les uns après les autres. Vous concentrer au moment présent sur votre page, chaque jour si possible. Une page l’une après l’autre. Puis ce sera deux pages à la fois, puis trois, puis dix peut-être. Vous apprendrez à être de plus en plus rapide, de plus en plus imaginatif, de plus en plus pertinent, en avançant sur le chemin.

Un roman s’écrit page après page et même mot après mot. Step by step, disent les Américains. Marche par marche, disent les Français. Un ami qui nous a quitté, un grand peintre belge, Claude-Henry Pollet, me disait toujours : « Laure, ta couleur tu dois la travailler centimètre par centimètre. » Et c’était un immense coloriste. Je me sentais très petite en peinture à côté de ce géant. Pour la couleur d’un roman, c’est pareil, c’est mot par mot, tranquillement. C’est paradoxal car c’est en allant lentement qu’on finit par aller vite ! Quand vous avez compris cela, vous avez compris une chose fondamentale.

Et la technique ? (vos stratégies)

La technique est importante, bien sûr. Mais elle s’apprend, ce n’est donc pas un problème. C’est votre psychologie qui fera par contre que vous aurez de l’inspiration ou pas. Votre mental car l’écriture d’un roman est un marathon, pas un sprint. La première chose à faire pour écrire votre roman est de progresser dans votre psychologie. Vous verrez que, comme par miracle, vous aurez de plus en plus d’inspiration. Installez-vous un mental positif.

 

Crédit photo : Dennis Skley

                                                                                                  Crédit photo : Dennis Skley

 Pour l’aspect technique (votre matériel d’alpiniste), vous apprendrez aussi, pas à pas, et cela se fera naturellement, à maîtriser :

– le point de vue

– le style

– le ton

– la narration

– l’intrigue

– les dialogues

– les personnages

– les descriptions

– le cadre

– le temps,

– le suspense, etc.

Vous trouverez sur ce blog -et sur d’autres- des articles techniques. Il existe de nombreux livres bien faits et surtout lisez-analysez, lisez-analysez, lisez- analysez…

En conclusion

Soyons sérieux : est-il humainement possible de maîtriser tout cela d’un coup ? Ne vous semble-t-il pas humain, normal, logique que nous avancions pas à pas dans un apprentissage aussi complexe ? Oui, un roman s’écrit mot après mot. L’inspiration en écriture, c’est juste de mettre un mot après l’autre comme on pose un pied l’un après l’autre pour marcher. Mettez votre focus sur votre évolution, pas sur vos résultats. C’est le secret pour trouver de plus en plus d’inspiration, de plus en plus de sûreté de soi, de plus en plus de techniques, de plus en plus de qualité d’écriture.

Commencez déjà par vous rassurer : la panne d’inspiration n’existe pas ; c’est un tigre de papier.

 

Crédit photo : Enrique Martinez

Crédit photo : Enrique Martinez

Et vous, avez-vous des « pannes d’inspiration » et allez-vous vous en débarrasser ? Allez-vous travailler sur vos vrais blocages et améliorer vos techniques? Laissez vos commentaires ci-dessous.

Une semaine, un texte : défi numéro 4 avec le mot diviseur

Une semaine, un texte : défi numéro 4 avec le mot diviseur

Comme chaque semaine, j’ai tiré au hasard un mot du dictionnaire.

Pas très glamour : diviseur.

Dans mon Larousse, entre autres, j’ai lu : personne qui est une source de désunion. C’est cette définition qui m’a intéressée.

Solis Invicti

Crédit photo : Solis Invicti

                                                         Le Diviseur

 

Le diviseur ou le plus petit dénominateur commun… Dénominateur commun ? Non : dynamiteur commun plutôt ! Et diviseur…

Excessivement Diviseur.

Depuis qu’elle s’était marié avec ce type – elle ne parlait plus de lui avec des mots tendres mais évoquait plutôt le type avec qui elle s’était mise, l’abruti qu’elle avait épousé, ce gars qui l’avait séparée du monde entier, amis, connaissances, famille, etc – elle n’avait plus vu ses parents qui vivaient à cinq cent kilomètres, ni ses soeurs. Elle le surnommait dans ses discours intérieurs, haineux, on le comprendra aisément, le Diviseur, parfois le Séparateur, d’autres fois le Cogneur. Mariés depuis six mois, ils étaient plus ennemis que les frères Karamazov. Il avait montré son vrai visage très rapidement : le troisième jour, elle avait ramassé une énorme claque. Une semaine après deux gifles. Deux mois après, des coups de pieds. Au bout de six mois, il en était au stade limite du lynchage. Maintenant, il n’y avait plus de copines pour la plaindre, la consoler, lui dire de foutre le camp. Trop tard. Elle était attachée solidement par une chaîne dans la cave depuis deux jours. Il lui avait emmené à manger deux fois mais elle n’avait pu boire qu’une fois.

Il avait les yeux vitreux et les mains énormes d’un type shooté vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Durant ces six mois, elle ne l’avait jamais vu chercher du travail. Elle, elle se levait à cinq heures du matin, prenait le premier bus, puis le RER, descendait à Châtenay pour bosser dans un bel hôtel. Sa paye fondait au soleil mystérieusement depuis des semaines car il la dépensait, tandis qu’elle trimait, en cigarettes rigolotes, croyait-elle, et autre chose mais quoi ? Elle avait comprit deux jours auparavant quand elle l’avait vu défoncé, vraiment défoncé. Elle était rentrée plus tôt ce soir-là parce qu’une collègue, Marie, l’avait emmenée en voiture. Elle l’avait trouvé trop épuisée et démoralisée pour la laisser au train-train épuisant et habituel du RER-bus.

Crédit photo : leezie5

Crédit photo : leezie5

Elle avait ouvert la porte de la cuisine. Il se tenait là avec tout son barda sur la table : la seringue, la dose, l’élastique, la petite cuillère noircie. Les coups avaient plu avant qu’elle ait eu le temps d’ouvrir la bouche. Elle ne l’avait pas ouverte. Trop occupée à encaisser et rester vivante, en boule, à terre. Et dire qu’elle avait cru être heureuse avec un fou, un camé ! Il ne touchait même pas au pétard six mois auparavant ! Du moins l’avait-elle cru… jusque-là.

Et maintenant ? La chaîne tirait sur ses poignets cisaillés, fermée par un cadenas, passée au tuyau de la chaudière. Elle avait mal, froid, peur. Peur ? Elle était terrorisée. Pendant qu’il vidait son compte en banque et se défonçait depuis deux jours, elle suppliait le ciel qu’une copine passe, ses parents débarquent, peu importe, mais qu’un humain entre dans cette maison et prenne la mesure du désastre. Pas moyen de crier non plus. Il ne lui enlevait le bandeau que pour manger. De toute manière, qui l’aurait entendue dans cette cave ?

A-t-on envie de mourir à vingt-trois ans ? Et a-t-on jamais envie de mourir assassinée par l’homme qu’on a aimé ? Ok, elle l’avait surnommé le Diviseur dès le premier mois. Ou l’abruti ou le type. Ou le Séparateur, ou le Cogneur. Elle aurait mieux fait de prendre ses jambes à son cou. Elle ruminait, en pleurs. Quand il l’avait séparée de tout son entourage, le fumier, il savait ce qu’il faisait ! Dans les limites de sa folie, évidemment. Se marier à un dingue schizophrène et drogué ! Comment avait-il réussi à lui cacher tout cela ? Un parfait compagnon, même s’il était au chômage et cherchait du travail, voici ce qu’il avait été jusqu’au jour où le maire avait prononcé les mots censés la rendre heureuse. Le fumier hypocrite ! Et maintenant ? La chaîne aussi, il s’agissait de la diviser, la couper, la sectionner. Mais comment ? Il n’y avait qu’un seul Diviseur, et c’était lui. Ici, pas de marteau, de scie, de pince coupante, rien. Il avait fait le tour de la cave et avait viré tout ce qui aurait pu lui permettre d’envisager des jours meilleurs.

Elle avait soif, très soif.

On était jeudi. Elle avait disparu depuis lundi soir. La dernière qui l’avait vu était sa collègue Marie, la fille, plutôt sympathique, qui avait eu la gentillesse de la raccompagner à son grand étonnement. Les copines n’appelleraient probablement pas, il avait réussi à les chasser de sa vie à une vitesse surprenante. Dans la voiture, elle s’était laissé aller à des confidences avec Marie. Elle lui avait raconté son enfer, sa terreur. Marie avait voulu l’accompagner au commissariat, elle lui avait dit qu’il fallait qu’elle le balance, mais elle, qui en rêvait, était si terrifiée qu’elle n’avait pu sauter le pas. Marie tremblait visiblement au volant de sa voiture quand elle en était descendue pour retourner à son pavillon et à son Diviseur.

Drogue

Crédit photo : Eric Constantineau

 

Quand la porte de la cave s’ouvrit avec fracas dans les hurlements de sirène de police, que les quatre policiers ouvrirent en une seconde le cadenas de sa chaîne avec la clef prise dans la poche du Diviseur, quand elle vit le Diviseur à terre, un filet de sang lui dégoulinant du nez, elle connut le plus grand soulagement et la plus grande joie de son existence. Elle ne devait rien connaître de plus puissant de toute sa vie. Echapper à la mort provoque une émotion qui n’est pas reproductible, sauf en mettant en action les mêmes mécanismes terribles. Mais elle ne devait heureusement plus jamais rencontrer l’horreur de se voir mourir. Tout lui laissa en même temps un souvenir confus, comme un brouillard, du bruit, de l’action, des cris, le temps précipité, les secondes accumulées aux secondes dans un tourbillon puis, à l’air libre, dehors, devant les trois voitures de police, elle comprit enfin : Marie était là, à côté d’un homme grisonnant en pardessus mastic.

Et malgré sa bouche pâteuse, sa langue creusée par la soif, elle réussit à crier dans une explosion de joie :

– Alors Marie, c’est toi !

– Oui, dit simplement Marie en la prenant dans ses bras, c’est moi. Quand j’ai vu que tu ne revenais pas à l’hôtel… Et se tournant vers l’homme souriant :

– Tu comprends, je te présente mon père ; il est commissaire DIVISIONNAIRE.

Malgré sa gorge en feu et sa langue râpeuse, elle éclata de rire.

Crédit photo : Dave Conner

 

Mes commentaires :

 J’ai écrit facilement sans savoir ou j’allais après 30 secondes de frustration parce que diviseur est un mot que je ne trouve pas glamour du tout, il me fait penser aux mathématiques, pour lesquelles je n’ai aucune attirance. Le tout est d’écrire à peine ai-je tiré mon mot, surtout ne pas réfléchir, laisser faire. Si j’avais commencé à penser et chercher des idées avant d’écrire, il est certain que je n’aurais rien rédigé car j’aurais été frappé par l’indigence de mon imagination ! Je dois avouer que je trouve ce texte particulièrement cliché. Heureusement qu’il y a l’ironie de la chute qui me rachète à mes propres yeux. Et puis il y a cette énième bronchite que je traîne depuis quinze jours, qui a jeté mes vacances aux orties : pour bien écrire, mieux vaut être en parfaite santé. Prenez soin de vous, amis écrivains !

Et n’oubliez pas de lire le défi précédent avec le mot réciproquer : rires garantis !

Et vous, que pensez-vous de ce texte ? Postez-moi un commentaire ci-dessous ; je serai ravie de vous lire.

 

10 situations dramatiques pour un roman accrocheur

10 situations dramatiques pour écrire un roman accrocheur

Crédit photo : quattrostagioni

Crédit photo : quattrostagioni

 

Vous manquez d’idées ? Vous allez pouvoir piocher dans cette liste. Elle est loin d’être exhaustive ; il existe d’autres situations dont je vous ferai part dans d’autres articles. Mais il y a déjà là des idées pour écrire des dizaines de romans accrocheurs.

Quel que soit le genre de votre roman ou nouvelle (psychologique, aventure, science-fiction, fantasy, historique, horreur, post-apocalyptique …), vous pouvez appliquer ces recettes de situations dramatiques qui fonctionnent très bien car elles sont universelles, archétypales. Quelles que soient la civilisation et la culture auxquelles vous appartenez, ces situations dramatiques vous parleront en tant qu’être humain et écrivain. Car elles se basent sur des ressorts humains psychologiques très profonds et elles poussent le lecteur à tourner les pages. Et vous comme moi, c’est ce que nous voulons, n’est-ce pas ?

Ces situations dramatiques ont été répertoriées par un auteur français, Georges Polti, dans son livre Les trente-six situations dramatiques, édité en 1895. Elles sont donc au nombre de 36, et elles n’ont pas pris une ride. On les trouve dans le théâtre, les romans et nouvelles, et même les bandes dessinées et le cinéma. Elles peuvent être combinées entre elles, bien entendu, c’est-à-dire qu’on peut en trouver plusieurs dans le même ouvrage. J’ai tendance à penser que ces situations sont de bonnes recettes pour émouvoir le lecteur et provoquer son intérêt.

Quelles sont donc ces 10 situations dramatiques qui créent des romans accrocheurs?

Recette n°1

– Le héros, un personnage principal ou un groupe tente de sauver l’humanité, un groupe, un autre personnage. (Robin des Bois dans Ivanohé, Walter Scott, Paul et Jessica dans Dune, Franck Herbert)

Crédit photo : KAZ Vorpal

Crédit photo : KAZ Vorpal

Recette n°2

– Le personnage principal, le héros ou un groupe cherche à venger quelqu’un de sa famille, un ami, un groupe, un enfant (assassiné ou à qui on a fait du mal, ou qui a subi une injustice intolérable…), etc. (La mariée était en noir, William Irish)

Recette n°3

– Le héros ou le personnage principal ou un groupe se venge du mal ou du préjudice dont il a été victime personnellement (par ex, quand il était enfant) ou qu’on vient de lui faire. (Le Comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas père)

Recette n°4

– Le personnage ou un groupe se révolte contre un autre individu, un groupe, une pression sociale, familiale ou autre, un ami, un mari, une femme, un rival… (Antigone, Jean Anouilh)

Recette n°5

– Le personnage principal aime l’ennemi, qu’il fasse ou non partie d’un autre clan, un concurrent qu’il soit loyal ou déloyal. (par ex un espion ; on voit cela souvent dans les amours de James Bond, Ian Fleming)

Crédit photo : Raoul Luoar

Crédit photo : Raoul Luoar

Recette n°6

– Le personnage principal ou le héros ou un groupe est traqué, poursuivi, et cherche à s’échapper (au cinéma, cela donne Le Fugitif)

Recette n°7

– Le héros ou personnage principal ou groupe tente de conquérir un être aimé, un royaume, une condition sociale, etc. Cela donne des romans d’aventure mais aussi des romans d’initiation. (Ulysse dans lOdyssée)

Recette n°8

– Le personnage principal (là, c’est clairement un antihéros) ou un groupe tente de posséder, de s’approprier envers et contre toute morale un objet précieux, un être (Esméralda est poursuivie des assiduités de Claude Frollo dans l’extraordinaire Notre-Dame de Paris ; à ce propos, je vous conseille de lire le roman d’Hugo, chef-d’œuvre d’ironie, d’humour et  d’intelligence), une situation (devenir calife à la place du calife dans la série de B.D. Iznogoud, de René Goscinny et Jean Tabary.) Oui, je sais, il y a mieux comme citation littéraire, mais nous avons tous pris plaisir à lire ces albums quand nous étions gamins, non ?) Pour cela, il peut voler, extorquer, kidnapper, etc.

Recette n°9

– Un personnage en trompe un autre : l’adultère est le point de départ de la désorganisation et la déroute du couple, de la famille, voire du clan (si, par ex, cet adultère se passe entre les dirigeants de deux états, de deux royaumes, de deux sociétés…) (Madame Bovary de Gustave Flaubert)

Recette n°10

– Le héros se sacrifie pour quelqu’un de proche (ami, membre de la famille, personne aimée, enfant…) ou pour sa communauté. Il peut offrir sa vie ou son confort ou son avenir, un objet précieux ou sa situation (perdre son travail, sa santé…), etc. (Eugénie Grandet de Honoré de Balzac)

Crédit photo : Chris Drumm

Crédit photo : Chris Drumm

Avez-vous déjà utilisé l’une de ces situations dramatiques pour écrire un roman ou une nouvelle ? Ou êtes-vous en train de le faire ?

N’hésitez pas à partager votre expérience… et vos bonnes recettes dans les commentaires, ci-dessous.

 

 

 

 

 

Une semaine, un texte : défi numéro 3 avec le mot réciproquer

Une semaine, un texte, défi numéro 3 avec le verbe réciproquer :

dans Osez écrire votre roman, chaque semaine j’écris un texte à partir d’un mot trouvé au hasard, les yeux fermés, dans le dictionnaire.

J’ai appris du vocabulaire car je suis tombée sur le verbe réciproquer.

Réciproque,  réciproquement, réciprocité, d’accord je connais, mais réciproquer ? Le Littré parle de : rendre la pareille, adresser en retour (des voeux). Apparemment, réciproquer s’emploie en Belgique.

J’ai donc écrit. Attention, âmes sensibles s’abstenir !

Crédit photo : Dany_M

Crédit photo : Dany_M

                                                   RÉCIPROQUER

 

Monsieur,

 

Je réciproque. De la même manière que vous m’insultez dans votre lettre, je vous conchie dans la mienne. Vous me traitez de bas-bleu, je vous rends pédant et prétentieux. Vous me qualifiez de prostituée, je vous réponds maquereau. Vous me trouvez fade et sans intelligence, je vous trouve sans saveur et fleur de nave. Vous me flattez d’épithètes comme obtuse, simiesque, inepte. Je vous renvoie bouché, macaque, sot. Je réciproque, Monsieur. Je réciproque car il ne sera pas dit que je suis sans éducation.

Nous nous sommes connus dans des circonstances malheureuses. Vous cherchiez une femme, je cherchais un homme. On se trompe toujours dans ces cas-là. L’attente angoissée, le manque d’amour et de tendresse à combler, tout cela nous pousse dans les bras du premier venu. Il vaut mieux attendre que l’amour fasse son œuvre seul : qu’il tire sa flèche en dehors de notre volonté et notre attente. Ce qu’il atteint alors est sans doute l’être qui nous convient le mieux. Tant nous nous connaissons mal, nous les humains. Bref, laissons faire Cupidon sans nous précipiter.

Au lieu de cela, quoi ? Nous nous sommes vus, nous nous sommes plu parce que nous étions en vérité las de solitude. Nous avons couché trop vite, c’est un fait. Nous n’avons pas laissé monter le désir comme une flamme ardente, plus difficile encore à éteindre une fois qu’on y a goûté. Nous l’avons consommé trop vite et consumé à jamais. Il n’existe plus de désirs entre nous. Le sexe est une pauvre chose quand il n’est pas ombré d’amour.

Vous me reprochez de ne plus allumer l’étincelle chez vous, Monsieur, et bien je réciproque : votre présence n’incendie plus mes sens depuis longtemps. Vous êtes, Monsieur, une douche glacée ! Je voudrais que nous nous émoustillions comme aux premiers jours mais peine perdue. C’est avec regret : nous avons eu de beaux moments. Vous vous efforcez de les oublier en vous rendant odieux. Vous m’écrivez pour m’honorer d’un « nonne aux petites vertus ». Je vous retourne un « prêtre vicelard ». Vous ne disiez pas cela, les premiers temps, quand vos mains remontaient mes flancs comme on va à la pêche, pour le plaisir et le désir crus. Ce vertige, ce délire !

Qu’en faites-vous aujourd’hui ? Foin des souvenirs : vous semblez avoir oublié le plaisir que je vous ai procuré. Et soyons généreuse : le plaisir que nous nous procurâmes. Vous avez la mémoire courte. Je l’ai longue. Je ne réciproque pas, Monsieur, sur ce point. Je tiens à ma mémoire ; je ne deviendrai pas amnésique. J’ai aimé ce que nous avons fait : la chasse aux poissons d’or et d’argent dans mon grand lit à baldaquins, les draps éparpillés dans les parfums de marée basse, les orgies de caresses, vos égarements forts à propos…

Mais puisqu’aujourd’hui vous m’humiliez, je vous offense, Monsieur. Vous n’êtes que l’oubli dont sont frappés les impuissants de la tendresse, les inconfortables avec l’amitié, les honteux avec le plaisir, les inconstants avec leurs souvenirs, les timorés de l’émotion.

Je réciproque, Monsieur, et je vais même plus loin : vous êtes un goujat. Cela va plus loin que toute autre insulte mais saurez-vous le comprendre ?

 

Bien réciproquement.

Crédit photo : Nad Renrel

Crédit photo : Nad Renrel

  Mes commentaires :

J’ai spontanément écrit un texte épistolaire. Quoi de plus direct pour rendre à quelqu’un la pareille que de lui adresser la parole dans une lettre ? Le dialogue aurait été plus commun. Le ton est assez dix-neuvième, élégant, c’est venu naturellement et c’est amusant car il donne du relief aux grossièretés diverses de cette lettre. Ce contraste m’a fait rire. J’espère qu’il en fera autant pour vous.

Je me suis bien amusée !

Et vous, allez-vous tenir le même défi ? Et l’avez-vous tenu avec le défi précédent ? Postez vos commentaires ci-dessous, je me ferai un plaisir d’y répondre.