Votre nouvelle année 2018 ! Défi n° 14

Demain…

 

Nouvel an

Année qui vient

Année de rien

Année de tout

Année de rapines

Ou de bijoux précieux

Année de folies sages

Et de sagesses folles

A la découverte

De nous-mêmes

Du monde

Entier

Année qui vient

De conquêtes

Victoires

Errances

Et déceptions

 

Année d’ambitions

Année de farniente

Année contrastée

Année humaine

Animale

Chaude comme un mufle

Chaleureuse

Amicale

Année de vent et de sel

De mer et d’eaux

D’algues et d’oiseaux

Années d’espérances et de campagnes

De montagnes et de chants

 

Nous poserons nos pieds nus

Dans l’herbe verte

La brousse désolée

La paille d’une ferme

Le désert expirant

Nous guideront nos pas

Sur les chemins de l’exil

Ceux des retrouvailles

Sous les voûtes étoilées

Les plafonds de palais

La nuée des manguiers

Nous parcourrons la terre

D’un regard panoramique

Comme dans un film

Et nous embrasserons

D’un regard mystique

La forêt des mythes

 

Nous percevrons la terre

Battre son cœur lent

Et dans ses villes immenses

Enfanter les symboles

Qui inventent demain

Nous la lirons

D’une lecture souveraine

Nous la saisirons

D’une pensée

Une seule

Jaillie comme un jet

De pinceau

Pensée limpide

Sans encre

Silencieuse

Mais juste

 

Nous prendrons la terre

Dans nos bras

Comme un berceau

Un châle

L’amour d’une mère

Nous l’apprécierons

D’une vision élargie

En expansion

Comme l‘univers

Nous l’adorerons

D’un amour sans limites

Bondissant

Joyeux

 

Année débutante

A son premier bal

Qui nous engage

Nous contraint

Nous libère

Nous entraîne

Dans sa valse

Lente

Evidente

Ou trop rapide

Exténuante

Mais à tout prix

Lucide

Et je le veux

Extatique

Ardente

Insouciante

 

Année de rien

Année de tout

Mais jamais de rien du tout

Année pour tous

Année pour aimer

Se relever

Evoluer

Trouver la passion

La vibration

La joie

Se mesurer

A nous-mêmes

Eprouver

Nos limites

Nous connaître

Nous reconnaître

Année

Pour trouver qui nous sommes

Adopter ce que nous sommes

Célébrer nos fantaisies

Et d’un trait

Rallier le bonheur

Se moquer du malheur

Se rire des honneurs

 

Année engagée

Année pour aimer

Les saveurs fortes

Rejeter la fadeur

Toutes les fausses valeurs

Et voir beaucoup plus loin

Enfin enfin

Privilégier le cœur

Oublier le tourbillon

L’ouragan de nos vies

L’éphémère

Aimer l’essentiel

Et sans prétention

S’adresser au ciel

Année de lumière

D’écume et de mouettes

Année de fenêtres

De portes grandes ouvertes

De fatalités

Assumées

 

Année de surprises

Année bien comprise

Année pour prospérer

Pour s’imaginer

Que l’année qui viendra

Sera à nouveau celle

De mille découvertes…

Année folle

Année d’herbes

De parfums sucrés

D’oranges et de noisettes

Année de pain d’épices

D’enfants émerveillés

D’adultes éveillés

Enfin révélés

Pleinement éveillés

A leur nature offerte

A leur intimité

 

Année où se réconcilier

Avec les années passées

Soi-même

Ses propres idées

Ses étrangetés

Sa fragilité

Et oublier les conquêtes

La raideur

Les ardeurs militaires

Et toutes les laideurs

Cesser de se forcer

Parier sur la douceur

Pavoiser de tendresse

Recevoir et donner

Parler et caresser

Offrir et pardonner

 

Année d’amour sans peurs

Année de bonheur

Année à accepter

Ce qui nous échappe

Ce qui de nous s’évade

Année à affirmer

Nos plaisirs

Conquérir

Nos désirs

Année agile

Vive pirouette

Qui tournera le dos

Au fatal à l’horreur

Au blasé à l’usé

A toutes les aigreurs

 

Année de pirouette

Année sans malheur

Année de bonheur

Année d’écriture

C’est ce que je te souhaite

Ami lointain

Et proche

Ami du livre

Et des mots

Des phrases

Et rimes

Des écrits

Et des rêves

Ami littéraire

Ami passionné

Ami des livres

Ami sensible

 

Laure Gerbaud. Tous droits réservés.

Excellente année 2018
www.osez-ecrire-votre-roman.com

Le 31 décembre , je me suis mise en tête de de te souhaiter mes vœux de nouvelle année avec un poème. Un petit défi pour clore 2017. J’ai donc écrit un premier jet. Je l’ai laissé dormir deux jours, puis je l’ai corrigé, arrangé. Le voici pour toi, lecteur fidèle ou passant, abonné fidèle, amoureux de littérature et d’écriture.

Et puis le mot de la fin, qui est aussi celui du commencement de cette année 2018 : Que ton année soit emplie d’inspiration dans tous les domaines de ta vie, et davantage encore en écriture ! Prends soin de toi.

 

illustrationTéléchargez votre Cadeau

Recherches utilisées pour trouver cet article :la nouvel i et le prixbiza 2018

27 Commentaires

  1. charier

    merci 🙂

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Avec grand plaisir !

      Répondre
  2. Christine

    Bonne année à toi Laure ! Très honnêtement ? Puisque je voudrais que Tu sois honnête envers moi, dans la mesure où seuls les vrais retours m aident, tu m as vraiment pris la main à partir de « nous poserons nos pieds nus… » et là je me suis envolée avec toi, et c etait magnifique ! Je le relirai.

    J ai reçu « le cheval de l irlandais  » ce matin. Je termine un livre , je lis le tiens, et je ne manquerai pas de te faire part de mes ressentis

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Puisque c’est l’heure des vœux, Christine, je te souhaite de mener à bien ton projet de roman.
      Je ne suis pas étonnée pour le poème car je ne calcule rien, ça vient d’une coulée, et le démarrage est plus lent, je me sens exactement comme un moteur qui chauffe avant de ronronner. Alors le départ est souvent moins bon et ça vient vraiment après. Et j’ai beau retoucher, il peut rester des traces du démarrage, plus laborieux, et c’est le cas ici.
      Pour Le Cheval, merci de m’honorer une fois de plus de ta confiance. J’attends ton avis critique, c’est intéressant et instructif de savoir… Je ne sais pas comment tu l’as eu. Suite à ce que tu m’écrivais l’autre fois, j’ai fouillé sur le net et découvert qu’Amazon ne vend pas les livres sur les îles ! et que mes amis africains ne peuvent acheter sur Amazon qu’avec une carte bancaire française ou au moins européenne ! Ce qui ne me ravit pas du tout… Des aberrations qui, je l’espère, seront rectifiées dans quelques années. Il faudra que je trouve un autre canal pour les îles et l’Afrique, en plus d’Amazon. Je ne suis pas au bout de mes surprises avec l’autoédition.

      Répondre
      1. Christine

        Amazon me l a expédié Laure. Alors que pour racines mêlées j avais du demander à une amie. Et je confirme. Je ne serai pas en mesure de laisser un commentaire sur amazon. Il faut avoir fait au moins 50 euros d achats, les promotions n étant pas incluses dans cette somme. Laure ! Tu m as pris la main à un moment donné. Je te l ai dit. Et ce fut une belle envolée. 🙂 J enverrai un « poème « , enfin je ne sais même pas si c en est un, et tu me diras toi aussi honnêtement. Merci pour tes bons voeux. Beaucoup de belles choses pour toi aussi

        Répondre
        1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

          Bon, alors ça a déjà évolué par rapport à l’article que j’avais lu sur le net. Au moins, Amazon envoie sur les îles maintenant. Pas contre, pour le commentaire, c’est aberrant mais sans gravité. Reste l’Afrique.
          Volontiers pour le poème, Christine.

          Répondre
          1. Christine

            Santo ! Aujourd’hui encore, ton prénom vibre en moi comme une exquise, triste et inamissible mélopée.
            Il a la douceur des fruits de ton pays. De ces fruits qui sous les feux de l astre solaire, de leur fulgurance enluminaient l espace.
            Il a l amertume de ceux qui haut perchés dans la frondaison, se sont dérobé à la convoitise, et se sont vu mourir sans jamais s être laissé cueillir.
            Ton prénom épand les fragrances de l imparable temporel.
            Il épouse les inflexions du langoureux chant de la colombe. Plaintives et melancoliques.
            Doux et rude, alliance d intempérance, de pétulance, de geysers de violence, et cependant de tant de tendresse. Cette ambivalence, C était toi…
            Que de fois dans les ruissellements d une paix extatique, aussi étrange que déconcertante, j ai vu s immerger ton regard absent.
            Les anges avaient ils entrepris de t apprivoiser ? Enten dais tu Santo, du haut de la voute stellaire, s approcher de toi leur chœur céleste ?
            Ne savais tu pas, qu’ à moi aussi, pour toi il m était poussé des ailes ?
            Où que tu sois aujourd’hui. Sache que sans jamais m essouffler, sur elles vers un sentier fluvial, diapré de clairs de lune et de rayons de soleil, je t aurais porté.
            Contre vents et marées, au désastre que fut ta vie je t aurais arraché.
            Car la passion que pour toi je concevais ne connaissait nul rivage.

          2. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

            Il est magnifique ton poème, Christine ! Superbe. Lyrique à souhait. J’ai pensé à Edouard Glissant, à Césaire. Rien que ça !
            Mille mercis !

  3. marcellin agnès

    voici mon poème ma chère Laure en remerciement du tien
    Qui frappe ainsi doucement
    A la porte allègrement
    Cest l heure des voeux !
    Tendez vos oreilles
    C est le réveil !Des jours nouveaux.
    Dans ce poème plein d amour
    En ce dernier jour de 2017
    J ai lié pour vousdans une gerbe d espor
    Des fils d étoiles et de bonheur.
    J ai signé le livrees lendemains
    Pour 2018
    Soit de paix et de joie
    Que tous les êtresse donnent la main
    J ai demandé au divin
    Aux pieds de l Emmanuel
    Que 2018 soit bonnes nouvelles
    Toute l années « écrira
    dans le livre des jours
    Avec amour.
    Bonne et heureuse année mon amie

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Merci Agnès ! Merci pour le poème, les vœux, et d’avoir joué le jeu.
      L’année sera belle…

      Répondre
  4. Christine

    Que pourrais tu faire de plus ? Peut-être des idées d exercices pour s assouplir l esprit ?

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Oui, j’en ferai d’autres. Ca ne fait jamais de mal de se contraindre un peu car ça oblige à savoir manier la langue.

      Répondre
  5. Christine

    Édouard Glissant et Aimé Césaire ? ?? Eh bien ça alors!!! Vraiment Laure. C est un compliment auquel je ne trouve aucun qualificatif. Merci. Alors mes efforts ne sont pas vains.

    Répondre
  6. Christine

    Bonjour Laure. Je voudrais savoir faire des rimes. est ce qu il existe une technique, ou est ce que c est au prix d exercices et de lectures ?
    Sinon j ai commencé le cheval de l irlandais 🙂

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      On peut faire des rimes de toutes sortes. Il y a des règles, la versification s’apprend, compter les rimes aussi, décider des césures (ou non). Pour avoir une vue d’ensemble de la versification, lis ça : https://fr.wikipedia.org/wiki/Versification_fran%C3%A7aise C’est laborieux mais utile.
      Je suis très loin de tout savoir, mais comme je fais en général des vers libres depuis longtemps, je ne suis pas embarrassée par tout ça.
      La poésie et la rime sont beaucoup une affaire de musique et de rythme. Vraiment, c’est affaire d’oreille. Evidemment, lire de la poésie, c’est important, ça forme l’oreille. Le reste est encore affaire de travail. Tu écris ta poésie dans l’instinct, et après tu la mets en rimes. La poésie, c’est comme une danse.
      Bonne lecture !

      Répondre
      1. Christine

        Merci Laure pour le lien. A bientôt

        Répondre
  7. legnome50

    Salut Laure! je viens d’insérer un lien sur mon blog qui va vers le tien, tu es d’accord ? ou tu préfère que non? donne-moi des nouvelles.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Salut Jean, bien sûr je suis d’accord ! Merci beaucoup, c’est vraiment sympathique de ta part.

      Répondre
  8. Brigitte

    Bonjour Laure
    Merci infiniment pour ce poème très encourageant en de début d’année
    Nous partons souvent avec de nouvelles résolutions, nouveaux défis !
    J’ai concocté un poème rapide ce matin
    L’inspiration me vient souvent dans la nature
    J’ai la chance de vivre dans un lieu un peu « Hors du temps »rempli de fortes énergies

    Nouvelle année
    Nouveau défi
    Ecrire
    Aimer
    S’élever
    Aider
    Suivre son intuition
    Sa boussole intérieure
    Soigner l’homme
    Pour guérir la Terre
    Surtout ne pas écouter
    Ceux qui essaieront
    De vous dire que vous vous trompez
    Croire en soi
    La vie est un risque
    Si tu n’as pas risque
    Tu n’as pas vécu
    Essayer quelque chose
    Que tu n’as jamais fait

    Voilà , c’est court ..j’ai écrit beaucoup de poèmes cet été, je pense qu’on débute aussi de cette façon dans l’écriture

    Belle journée à toi
    Réussite dans tes projets
    Merci pour tes encouragements

    Brigitte

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      C’est un poème qui me parle beaucoup, nous avons des intérêts communs, c’est évident à travers ton poème. Quelles que soient les difficultés il faut risquer, parce que vivre endormi, sans actions, ce n’est pas une solution, c’est mourir à petit feu. C’est vivre qu’il nous faut. La vie est un chemin et celui qui le sait y a sa place. J’ai encore des inhibitions devant le travail, les choses à faire inconnues, mais j’avance… Alors ton poème me parle forcément. Merci à toi.
      Ah oui : commencer par la poésie, c’est très bien. C’est comme ça que j’ai commencé. Et la poésie ne m’a jamais lâchée.

      Répondre
  9. Brigitte

    J’ai oublié de te faire part des différends sujets qui pourraient être abordés
    Suis une amoureuse de la nature, de la mer , je vis dans la sierra Andalouse
    Je m’intéresse énormément à la connaissance de l’humain , la spiritualité,psychologie, etc…
    Les livres traitant de ces sujets sont assez nombreux dans la maison
    Finalement tout ce qui touche , traite de l’Art. Mon compagnon de vie est artiste, chacun sa matière , son don
    Bien sur , pour moi , c’est le travail littéraire qui a pris une grande place cette année suite à des expériences intérieures qui m’ont poussée à écrire, une sorte d’écriture inspirée ..j’avoue que j’étais surprise !
    Donc , voici des sujets ou nous pourrions débattre à n’en plus finir

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Des sujets inspirants… Le blog étant un blog d’écriture, je ne sais comment je pourrais venir à ces sujets. Ce sont des sujets qui m’inspirent et nourrissent ma vie que tu évoques ! Il est trop tôt, je pense, pour mon blog. Mais je n’écarte rien parce que ce serait très agréable et confortable pour moi de l’élargir à ces sujets de temps en temps. Il faut trouver l’art et la manière… J’ai peint toute ma vie, et l’art est le sujet que je possède le mieux après l’écriture et la littérature. Quant à la nature et la mer, si tu lisais Le Cheval de l’Irlandais, tu serais comblée ! Je crois que c’est la nature que je raconte le mieux avec la psychologie humaine. J’aime profondément la nature et je trouve formidable de vivre comme toi dans un lieu beau et énergisant. Ca me manque beaucoup en ville.

      Répondre
  10. Arnaud

    Bonsoir Laure !
    Votre poème me remplit de joie,et me donne de courage,je pense même qu’il restera dans mon cœur tout comme dans mes pensées et je m’en servirai tout au long de cette année comme un tremplin…car, à la différence de l’Occident, l’Afrique à encore plusieurs défis à relever et notre quotidien ainsi que notre devenir ne sont toujours pas à la hauteur de nos ambitions à telle enseigne que nous avons parfois besoin des mots forts capables de transcender nos émotions….et ces mots vous avez su nous les donner et j’en suis très ému par la qualité de votre plume, tellement j’aimerais bien vous ressembler….! J’adore la littérature et Je suis convaincu que vous avez les qualités qu’il faut pour guider mes premiers pas….je regrette seulement qu’il existe encore quelques pesanteurs qui empêchent le processus à s’enclencher,je fais allusion à ce que j’ai évoqué ci-dessus…. j’ai du mal à te quitter, alors reçois mes vœux les plus sincères, guérison du corps de l’âme et de l’esprit et bénédictions éternelles..
    Arnaud.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Merci Arnaud. Je sais combien c’est difficile en Afrique ; écrire doit y être un vrai défi. Je te souhaite toute la volonté et la détermination nécessaires pour écrire, quelles que soient les conditions.

      Répondre
  11. Christine

    Laure, la profondeur des abysses, ce ne serait pas un pléonasme ? Autour de moi les avis divergent.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Abysse, selon dicos différents : fond océanique de plus de 2000m de profondeur, grande profondeur du relief sous-marin, fosse sous-marine. Autrement dit, pour profondeur des abysses : la profondeur d’un fond sous la mer déjà très profond. De mon point de vue, ce n’est pas tout à fait redondant, bien qu’à la limite. Ca insiste sur la profondeur. Abysse situe le lieu sous la mer et précise sa profondeur. Alors que le mot profondeur peut être appliqué à toute chose. Le mot profondeur et le mot abysse ne sont pas synonymes. Donc le pléonasme se discute, oui. Pour ma part, la profondeur des abysses, j’aime bien. Ca précise qu’on parle de leur profondeur, pas du lieu. Mais je comprends qu’on le discute.

      Répondre
      1. Christine

        Moi aussi j’aime bien « la profondeur des abysses « . Le fait que le pléonasme ne soit pas certain, mais tout de même discutable m embête un peu. Merci pour ton conseil .

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *