A : glossaire

Glossaire du vocabulaire de l’écriture et la littérature

Lettre A

 

Abyme, n.f : une œuvre mise en abyme est une œuvre citée et emboîtée à l’intérieur d’une autre œuvre de même nature. Ce peut être un récit à l’intérieur d’un récit (le journal de Stingo, écrivain, dans Le choix de Sophie de William Styron), un tableau à l’intérieur d’un tableau (Le Prêteur et sa femme, de Vermeer, où une partie de la scène est reflétée dans un petit miroir), au cinéma (La Rose pourpre du Caire, la fabuleuse parodie Last Action Hero), etc. C’est un procédé qui fait rebondir l’attention du lecteur quand il est bien utilisé.

Actant, n.m : auteur de l’action exprimée par le verbe. Synonyme : sujet, agent. Ce terme peut aussi désigner le rôle fondamental joué par un personnage dans un récit.

Alexandrin ou dodécasyllabe, n.m : vers de douze syllabes dans la poésie française. Dans sa structure classique, l’alexandrin comporte une césure à la sixième syllabe. Elle partage le vers en deux parties de même longueur. On appelle ces deux parties les hémistiches. Par exemple : « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles. » Pierre Corneille

Mais l’alexandrin peut être tétramètre (4 x 3 syllabes) ou trimètre ( 3 x 4 syllabes.)

Le mot alexandrin provient d’un des premiers romans écrit de douze syllabes, le Roman d’Alexandre du XIIe siècle.

Allégorie, n.f : c’est une figure de style sous forme de métaphore. La rose est une allégorie de la femme dans le Roman de la Rose ( XIIIe siècle.) En art plastique, c’est une représentation d’une notion abstraite, d’une idée ou d’une personne dotée d’attributs symboliques (une balance pour la justice, par exemple.)

Allitération, n.f : c’est une répétition de consonnes dans des mots qui se suivent, créant un effet d’imitation, de suggestion, parfois d’humour. On peut l’utiliser en prose comme en poésie. Un exemple célèbre : « Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? » Andromaque, Racine. Tous ces « s » consécutifs aident à entendre siffler les serpents. Je trouve que l’allitération prend très bien sa place dans le roman.

Allocution, n.f : discours court et officiel, prononcé en public. Je choisis de placer ce mot  dans ce glossaire car l’allocution se rédige en général avant d’être prononcée et possède ses règles. Le locuteur s’adresse à l’allocutaire.

Anacoluthe, n.f : cette figure de style désigne une rupture dans la construction d’une phrase. Deux phrases grammaticalement correctes sont rapprochées de manière incongrue pour créer un effet de surprise et de renforcement. Par exemple : « Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, la face du monde en aurait été changée. » Pensées, Pascal. On utilise souvent l’anacoluthe dans le langage parlé. Exemple : arrivé au port, le bateau était parti. Ce peut être utile dans un dialogue.

Anaglyptique, adj et n.f : une écriture anaglyptique est une écriture ou une impression en relief à l’usage des aveugles.

Anagnoste, n.m : dans l’antiquité, esclave ou affranchi chargé de faire la lecture à haute voix durant le repas. Par extension, lecteur d’une assemble ou une communauté religieuse.

Anagramme, n.f : c’est un mot formé à partir des lettres d’un autre mot. Alcofibras Nasier est l’anagramme de François Rabelais. C’est ainsi qu’il signait ! Cette anagramme lui servait de pseudonyme. Un autre exemple : gare est l’anagramme de rage. Si tu cherches un pseudo d’écrivain…

Anagrammatique, adj : qui a le caractère de l’anagramme.

Analectes ou analecta, n.f, pl : morceaux choisis d’un ou de plusieurs auteurs. On qualifie surtout ainsi les anthologies savantes. (le mot anthologie est un peu plus bas.)

Anapeste, n.m : en métrique, c’est un pied de vers grec ou latin composé de deux brèves et d’une longue. On parle d’un vers anapestique. Un exemple bien rythmé :

Chevalier généreux, qui avez le courage François,

Accourez, accourez secourir l’héritier de vos Rois,

Secourez votre Roy naturel, si vaillant, si guerrier,

À la peine, à la charge, à l’assaut le premier le dernier.

Sur la bataille d’Ivry, Nicolas rapin

Anaphore , n.f : cette figure de style consiste à répéter le même mot ou groupe de mots au même lieu grammatical, souvent au début de phrases successives,  pour créer un effet de rythme et d’insistance. On la trouve surtout en poésie mais rien n’empêche de l’utiliser en prose. Un exemple connu :

Rome, l’unique objet de mon ressentiment !

Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !

Rome, qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !

Rome enfin que je hais autant qu’elle t’honore !

Horace, Corneille

Anaphorique, adj et n,m : se dit d’un mot ou une phrase apparus antérieurement dans un texte ou un discours.

Anastrophe, n.f : figure de style qui inverse l’ordre habituel des mots pour créer un effet raffiné ou solennel. Exemple : Maître Yoda s’exprime beaucoup ainsi ce qui donne de la solennité à tout ce qu’il dit.

T’aider, je puis.

Toujours en mouvement est l’avenir.

Beaucoup encore il te reste à apprendre.

Luke, quand je ne serais plus, le dernier des Jedi tu seras.

On peut même trouver l’anastrophe dans des titres : Autant en emporte le vent, La belle au bois dormant.

Plus classique, dans ce poème de Saint-John Perse (Amers) :

Etroits sont les vaisseaux, étroite notre couche.

Immense l’étendue des eaux, plus vaste notre empire

Aux portes closes du désir.

Anecdote, n.f : récit succinct d’un fait curieux, piquant ou peu connu. En littérature, l’anecdote peut éclairer le dessous des choses, la psychologie des hommes.

Les anecdotes sont de petits détails longtemps cachés. Voltaire

Anecdotique, adj : qui contient une ou des anecdotes.

Anecdotier, anecdotière, n : conteur, conteuse d’anecdotes ou historien porté à l’anecdote.

Pauvres anecdotiers de la Révolution. Jaurès

Angliciser, v.tr : rendre d’aspect anglais. Hélas, c’est une vraie manie à notre aujourd’hui, notamment chez les journalistes français et dans le monde des affaires qui contribuent très largement à affaiblir notre langue ! Mais ce n’est pas nouveau…

Le nom a souvent été anglicisé. Siegfried

Anglicisme, n.m : tournure, locution propre à la langue anglaise mais aussi emprunt à l’anglais.

Annales, n.f, pl : ouvrage qui rapporte des événements année par année, dans l’ordre chronologique. Et aussi : titre de revues, recueils de faits relatifs à la vie scientifique, religieuse, et autres. On trouve des annales politiques, littéraires, de géographie, les annales du baccalauréat, etc.

Annaliste, n.m : auteur d’annales, historien.

Annotateur, annotatrice, n : personne qui annote un texte.

Annotation, n.f : note critique ou explicative qui accompagne un texte. Note de lecture qu’on inscrit sur un live. Commentaire ou appréciation d’un devoir d’élève.

Annoter, v.tr : accompagner un texte de notes critiques ou explicatives. Ecrire sur un livre des notes personnelles. Commenter un devoir d’élève.

Antépénultième, adj et n.f : syllabe qui précède l’avant-dernière syllabe d’un mot.

Exemple : le po de napolitain. Le po est une syllabe antépénultième. La pénultième est l’avant-dernière syllabe.

Antéposer, v.t (vocabulaire linguistique) : placer un élément de la phrase avant l’autre.

Antéposition, n.f : ce qui est antéposé.

Anthologie, n.f : recueil de morceaux choisis d’œuvres littéraires en prose ou en vers, ou d’œuvres musicales. On parle aussi de morceau d’anthologie pour qualifier une page brillante qui pourrait figurer dans une anthologie.

Anticipation, n.f : c’est un genre littéraire fantastique fondé sur le récit d’événements se déroulant dans un monde futur. On y imagine ce que le présent pourrait devenir. On parle de roman d’anticipation. Le climat y est utopique, parfois apocalyptique (1984, de Georges Orwell, Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, Blade Runner, Philip K.Dick.) La différence est subtile entre roman d’anticipation et roman de science-fiction. La science-fiction est davantage portée à explorer les aspects technologiques du futur tandis que l’anticipation est davantage portée à explorer un système social du futur.

Antihéros, n.m : l’antihéros est un personnage de roman qui ne présente pas les caractéristiques auxquelles on s’attend de la part d’un héros traditionnel.

Antiphrase, n.f : c’est une figure de rhétorique qu’on emploie couramment même dans le langage parlé. On exprime le contraire de ce que l’on pense pour dire son ironie. « Ah, bravo ! » veut ainsi dire : « Je ne te félicite pas. » « C’est du joli ! » veut dire : « C’est vraiment vilain ! » Etc. en littérature, cela prend évidemment des formes plus subtiles. On parle aussi d’euphémisme quand on dit adoucit un propos : « Il est parti. » au lieu de « Il est mort. »

Antipoétique, adj : ce qui est antipoétique est à l’opposé de la poésie, du sens poétique, et de ses règles.

Antique, adj : qui appartient à l’Antiquité (la mythologie antique.)

Antiroman, n.m : l’antiroman est un roman issu d’un genre de la littérature romanesque, le Nouveau roman, parut dans les années 1950 avec Alain Robbe-Grillet et Nathalie Sarraute. Ce genre s’oppose à la conception traditionnelle du roman. Par extension, on parle d’antiroman pour désigner une œuvre issue de ce genre. Un antiroman ne possède ni intrigue ni ligne de temps chronologique, présente un héros effacé, ne propose aucune analyse psychologique, etc.

Antithèse, n.f : figure de rhétorique opposant deux idées, deux mots ou expressions contraires, dans une même formule, discours, afin de souligner une idée par un effet de contraste: il est grand jusque dans les plus petites choses. Autre exemple : Et monté sur le faîte, il aspire à descendre,Racine.

Antithétique, adj : qui emploie l’antithèse. Un style antithétique.

Antonomase, n.f : figure littéraire qui consiste à remplacer un nom commun au profit d’un nom propre, afin d’énoncer une qualité que ce nom propre évoque. Exemple : C’est un Harpagon ! On comprend tout de suite qu’il s’agit d’un avare. Autre exemple : Il vivait comme un Don Quichotte. On saisit qu’il s’agit d’un homme perdu dans ses rêves.

Antonyme, n.m : mot dont le sens s’oppose à un autre. Il évoque son contraire. Exemple : bonté et méchanceté. Vice et vertu.

Antonymie, n.f : opposition de deux antonymes.

Recherches utilisées pour trouver cet article :vocabulaire de la littérature