Nothomb, Eco, Modiano, Werber, Giono : leur processus d’écriture

Le processus d’écriture : une histoire personnelle

 

Jean Giono, Amélie Nothomb, Umberto Eco, Patrick Modiano, Bernard Werber, voici des personnalités parfaitement affirmées dans le domaine artistique et complètement différentes. Un point commun cependant : chacun a développé des stratégies d’écriture radicalement personnelles.

C’est bien le but de cet article : te montrer une fois de plus qu’au-delà des techniques structurelles du roman, il te faut développer ton monde, ta manière d’écrire, de te mettre dans ta peau d’écrivain, tes rituels, tes techniques. C’est toi qu’il faut découvrir pour découvrir ce que tu dois écrire et comment !

Voici donc cinq écrivains aux romans radicalement différents, et aux façons d’écrire totalement différentes. Chacun a mis au point son processus d’écriture après des tâtonnements, des essais, des doutes. Puis chacun, enfin, a trouvé son processus le plus efficace. Et cela même a parfois changé dans le temps : car nous changeons et nous devons sans cesse nous adapter à notre nouveau moi. Nous ne sommes pas figés et c’est pourquoi ce qui valable à un moment ne le sera peut-être plus dans six mois ou deux ans.

N’aies pas peur de ce qui peut te paraître curieux dans ton processus, original, parce que tu n’as jamais cru qu’un autre écrivain rédigeait de cette manière. Peu importe : ce qui compte c’est toi et tes résultats. Ne te refuse rien. Sors des clous, des idées préconçues. Sois toi jusqu’au bout de ta plume ou ton clavier.

C’est le but de cet article de te montrer qu’il n’existe aucune limite au processus de création. A toi de trouver ta voie.

Commençons par Jean Giono, l’un de nos meilleurs écrivains, qui a écrit des œuvres inoubliables que je te conseille, au passage, de lire ou relire. Jamais style n’a été plus libre et sensuel que celui de cet homme sage et pacifiste. Et il a écrit près de 70 livres dont certains ont été adaptés au cinéma : Crésus, Le Hussard sur le toit, Les âmes fortes, L’Homme qui plantait des arbres… Pour en lire des extraits, c’est ici.

Jean Giono et son processus d’écriture

 

 

Parlons maintenant d’Amélie Nothomb car elle écrit un livre publié par an avec une régularité exceptionnelle : depuis son premier en 1992. Autant te dire qu’elle a aussi parfaitement réglé son processus d’écriture. Elle en écrit même quatre livres par an en réalité ! Sa prolixité, elle la doit à sa persévérance et son système bien huilé. Des extraits de ses livres ici.

Amélie Nothomb et son processus d’écriture

 

 

Et je trouve utile qu’Amélie Nothomb nous explique comment elle prépare ses romans car cela aussi fait partie du processus d’écriture. Et toi, comment fais- tu ? Que peux-tu améliorer, à ta façon naturellement ?

 

 

Umberto Eco était un homme exceptionnellement érudit, travailleur acharné, et un immense collectionneur de livres. Dans son processus d’écriture, et il a énormément publié que ce soit des romans ou des essais, il y avait le fait de vivre au milieu des livres dans l’atmosphère même d’une bibliothèque, dans son silence. Tout cela à domicile ! Le Nom de la rose, son roman qui a fait le tour du monde, est certainement né de cet amour incroyable des livres. Je te laisse découvrir son hallucinante maison-bibliothèque, unique, et ce qu’il disait de sa manière de rédiger. Des extraits de ses livres ici.

Umberto Eco et son processus d’écriture

 

 

Patrick Modiano a reçu le prix Nobel de littérature en 2014. Discret jusqu’à la timidité, il s’exprime oralement avec beaucoup de difficulté. Comme ses personnages, il semble ailleurs, pris par un rêve intérieur, absorbé. Tu peux cliquer sur la petite roue en bas à droite de la vidéo pour en accélérer la vitesse : ceci te rendra plus facile l’écoute de cet écrivain aux romans suspendus dans le temps, inondés de mélancolie et de lumières grises. Des extraits de ses livres ici.

Patrick Modiano et son processus d’écriture

 

 

Bernard Werber, ancien journaliste scientifique, est devenu un écrivain au succès populaire immense même s’il n’a pas les faveurs de la presse française. En Corée du Sud, il est reçu comme un dieu vivant ! Son processus d’écriture est très particulier. Il anime volontiers des ateliers d’écriture. L’auteur des Fourmis te livre ses secrets. Des extraits de ses livres ici.

Bernard Werber et son processus d’écriture

 

 

Alors tu le vois, la recette miracle n’existe pas. La meilleure recette, c’est la tienne. Et si tu tâtonnes avant de la trouver, c’est normal. Cette errance fait aussi partie du processus d’écriture ! Inspire-toi de ces écrivains qui ont fait leurs preuves, adapte-toi à ton tempérament, ta personnalité, tes capacités. Fais des essais et ne te refuse rien.
Si tu veux connaître le mien, je t’en fais part dans l’interview que Malik Kahli m’a faite dernièrement.

Quel est ton processus d’écriture ? En es-tu complétement satisfait ? Ou penses-tu faire d’autres tentatives de processus ? Raconte-nous cela dans les commentaires car ce témoignage pourrait servir à d’autres écrivains…

 

 

illustrationTéléchargez votre Cadeau

Recherches utilisées pour trouver cet article :amélie nothomb facon decrire, COMMENT ECREIRE UN ROMAN DE BERNARD WEBER, Umberto Eco travaux rédigés

21 Commentaires

  1. Elodee

    Merci. Vraiment très interessant…

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Ca m’a beaucoup intéressée aussi, Elodee. Chacun est fascinant dans son genre.

      Répondre
  2. charier

    merci pour cette compil

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Avec plaisir !

      Répondre
  3. Catherine

    Tout ce que je retiens, c’est que pour écrire un best-seller, y a pas besoin d’établir un plan (en tout cas en France)
    Aux USA, ils établissent un plan pour être sur d’écrire un best-seller.
    Ecouter Patrick Modiano me rassure, je ne suis pas la seule à ne pas terminer mes phrases 😉

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Catherine, je crois vraiment que c’est personnel d’écrire ou non un plan. D’autre part, ce sont des écrivains qui cherchent ou cherchaient à écrire de bons, d’excellents livres, pas spécialement des best-sellers. Et pourtant, de nombreux livres de ces auteurs ont étés et sont encore beaucoup vendus. Certains mêmes sont devenus des best-sellers. La recette du best-seller n’assure pas non plus d’écrire un best-seller à 100% ! Je crois qu’il faut surtout chercher à écrire un excellent livre, et peut-être alors sera-t-il best-seller.

      Répondre
    2. Hiéra

      Laure a raison, certains auteurs ont besoin de planifier leur roman à l’avance et d’autres ne le supportent pas. C’est très personnel, et ça n’a pas grand chose à voir avec la nationalité ou le succès du livre. Par exemple, Stephen King, qui est américain et qui n’a écrit à peu près que des best-sellers, fait partie des auteurs qui ne travaillent jamais avec un plan. Il trouve que ça bride sa créativité. Ça fonctionne pour lui, parce que le principe de ses romans est souvent de prendre un personnage et de le faire réagir à une situation extraordinaire.
      En plus d’être une préférence personnelle, certains genres se prêtent plus ou moins bien à l’écriture sans plan : par exemple pour une fresque épique en 7 tomes, mieux vaut un plan pour ne pas partir dans tous les sens (et c’est certainement pour ça que je n’ai pas complètement apprécié La Tour Sombre de Stephen King, qui manquait trop de ligne directrice pour moi…)

      Répondre
      1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

        Tes exemples sont tout à fait appropriés, Hiéra. Chacun doit trouver son chemin, nous sommes bien d’accord.

        Répondre
  4. Muriel

    Merci pour ces partages. 🙂

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Avec grand plaisir, Muriel.

      Répondre
  5. Christine

    Laure, Très intéressant. Autant d’hommes, autant d’approches différentes. La méthode d’Amélie Nothomb me rassure. Car pour la trame, je n’ai rien préparé du tout, j’ai simplement suivi ma pensée, tout en me demandant si je faisais bien. Le « Map Minding » est sans doute très utile à certains écrivains, mais m’était apparu comme quelque chose d’un peu « obscur », pas conçu pour moi en tout cas. Ceci dit, reste à
    voir, maintenant que je vais me relire, si le tout est bien cohérent, articulé, et pas « juste posé là « .

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      A chacun sa manière, Christine. Il faut essayer quelquefois différentes méthodes pour trouver celle ou celles qui nous conviennent le mieux. Et puis, on peut inventer sa manière. Giono avait une façon unique d’écrire ! Le tout est de faire des tentatives et d’ajuster. Et si dans ton livre tout n’est pas cohérent, il faudra retravailler, rien de grave, juste du… travail. Quand on accepte qu’écrire est un artisanat, un travail, tout va mieux.

      Répondre
  6. charier

    modiano me ressemble lol. incapable de finir mes phrases, comme lui

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Modiano semble soit trouver inutile de poursuivre, comme si la suite était trop évidente, soit s’être perdu dans les méandres de ses pensées… Mais en vérité, nous ne savons pas pourquoi il n’achève pas ce qu’il a dire. Et le sait-il lui-même ? Ca m’a toujours intriguée. Tu possèdes peut-être la réponse : sais-tu pourquoi ? Tu en as une idée ? Je suis curieuse de comprendre.

      Répondre
  7. Slimani Fatma-Zohra

    Merci Laure pour toutes ces lectures que vous nous concoctez si gentiment.
    J’espère en faire bon usage. L’écriture est une passion mais il est bon de la planifier en réunissant tous les éléments qui pourraient nous aider à construire une œuvre qui fera notre fierté en satisfaisant notre amour des belles lettres, des phrases joliment dites et des mots magiques qui naissent sous la plume à tout moment……
    Un beau livre n’est pas seulement une belle histoire. C’est une écriture bien pensée, un texte littéraire , des chapitres que l’on relit sans jamais se lasser, des images que l’on revit longtemps longtemps, des rêves
    Inassouvis et que l’on aime à vivre le temps de nos lectures, ce sont les phrases entrelacées qui mettent le décor en relief et qui éveillent en nous moult émotions…..
    Un beau livre , on le lit, on le relit….

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Je suis d’accord avec toi, Fatma-Zohra. Un beau livre, on le relit, et ce n’est pas seulement une belle histoire. C’est beaucoup plus.

      Répondre
  8. Marie-Françoise

    Laure,
    Lire et écrire sont deux faces de l’écrivain alors,
    Je saisis l’occasion de ton article pour exprimer un point de vue de lecteur à travers une citation extraite d’un article de l’écrivain Régis Jauffret:
    « Lire,c’est claquer la porte aux images et à la bande-son que l’environnement nous impose.C’est ne plus rien laisser entrer en soi que le cerveau ne filtre,ne réfléchisse,ne recrée.Recréer,c’est créer.Soyez Dieu, bordel,lisez! ».Lire c’est bien recréer avec l’écrivain,interpréter sa partition.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Merci Marie-Françoise, j’adore ta citation ! Je la recopie, je la garde, je la ressortirai ! Oui, lire c’est comme écouter de la musique très attentivement.

      Répondre
  9. Patrick Valmer

    Hello ! Faire un plan est utile, mais trop détaillé… je trouve que ça tue la créativité et surtout, l’envie et la motivation. Bref, pas de recette miracle, chacun ses ingrédients 😉

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Je suis d’accord avec toi Patrick, je ne peux écrire en sachant ce que j’écris ! Mais pour d’autres, c’est indispensable. Chacun voit ce qui lui convient dans sa maison. Il y a autant de vérités sur la manière d’écrire que d’écrivains.

      Répondre
    2. Catherine

      Moi aussi, je suis d’accord, par contre, on peut s’en servir comme fil d’Ariane ou comme pense-bête

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *