Mieux lire pour mieux écrire : comment, pourquoi ?

Comment lire pour mieux écrire ? Et pourquoi ?

 

Je reçois de temps en temps un drôle de courriel ou un drôle de commentaire sur la page Facebook d’Osez écrire votre roman, figure-toi. En substance, c’est pour me signifier que lire ça ne sert à rien pour écrire, mais alors à rien de rien !

Quand je suis de bonne humeur, je réponds gentiment en argumentant. Quand je suis de mauvais poils, je fais valser le fâcheux.

Je ne vais pas perdre de temps à argumenter longuement sur le fait qu’il faut lire pour mieux écrire. Quelques mots en passant parce que si tu es sur cette page, en train de lire justement, c’est que tu sais à quoi ça sert la lecture !

Par contre, je vais parler un peu plus longuement de la manière de lire qui, à mon avis, est intéressante, pertinente, pour quelqu’un qui possède quelque ambition littéraire. Un écrivain ne lit pas comme n’importe qui. Sa grille de lecture n’est pas la même puisqu’il sait de quoi il retourne, puisqu’il connaît les procédés. Et qu’il est avide d’en connaître toujours davantage. Qu’est-ce qui rend cette lecture si passionnante ?C’est la question qu’il doit avoir toujours en tête. J’ai enregistré un petit podcast. Tu peux le visionner ici ou directement sur la chaîne YouTube, c’est sans importance.

Et comme la lecture me paraît tellement agréable, importante, indispensable, passionnante, j’ai créé une page dédiée à des livres et des auteurs qui m’ont marquée :  Livres à lire .

Et aussi une rubrique : Lisons ensemble. Tu peux visiter tout cela bien sûr. Surtout si tu ne sais pas quoi lire en ce moment ! Mais d’abord le podcast :

 

 

Donne-nous tes impressions dans les commentaires ; dis-nous comment tu lis, toi. Eprouves-tu autant de plaisir que moi à te plonger dans des univers imaginaires ? Que ramènes-tu de tes plongées dans l’écriture des autres ?

Lire pour mieux écrire et savourer la vie, ça me paraît être un joli programme !

 

Charles Morgan
www.osez-ecrire-votre-roman.com

illustrationTéléchargez votre Cadeau

16 Commentaires

  1. Slimani Fatma-Zohra

    Bonjour Laure !
    Encore une fois, mon commentaire s’est égaré. Je ne sais pas ce qui se passe avec mon compte gmail.
    Je suis tout à fait d’accord avec vous.
    Il faut être passionnée de lectures pour bien écrire.
    L’essence des belles phrases, des tournures magiques qui naissent peut-être d’elles-mêmes sous notre plume…. Ont pris une graine quelque part.
    J’aime quant à moi relire les chapitres qui m’ont marquée, m’en imprégner, les faire miens.
    En poésie, Victor Hugo m’inspire….Lamartine…d’autres encore..
    En littérature, ils sont nombreux….
    On ne peut pas ne pas lire…..et prétendre écrire.
    Je partage votre point de vue et vous remercie pour cette mise au point.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Bonjour, Fatma-Zohra, je ne sais pas pourquoi tes commentaires s’évaporent ! Oui, oui, je ne comprends pas pourquoi des gens veulent écrire alors qu’ils n’aiment pas lire. C’est totalement incompréhensible. Comme quelqu’un qui veut être cuisinier sans aimer manger !

      Répondre
  2. Michelle Pannetier-Alabert

    Bonjour Laure,
    Bravo pour cet enregistrement. Toujours des conseils judicieux.
    Bonne journée.
    Michelle

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Bonjour Michelle,
      Merci, passe une excellente journée. Ca m’est venu à cause d’un de ces mails qui m’explique que le génie c’est possible sans lecture. Scrongneugneu…

      Répondre
  3. Caroline

    Entièrement d’accord, merci pour cette vidéo. J’ai envie d’ajouter ceci : on apprend aussi beaucoup en lisant de mauvais livres. En effet, il est même plus facile d’analyser pourquoi on n’aime pas un roman, pourquoi on trouve que c’est raté. Et décortiquer le mécanisme de l’impression négative permet ensuite de s’en souvenir en écrivant. On se dit « oh là, pourvu que mon couple d’amoureux ne ressemble pas à la mièvrerie que j’ai lue hier soir ». C’est plus facile à appliquer, plus concret que l’admiration qu’on voue à Roméo et Juliette, par exemple.
    Pour le reste, lire lire et relire ses auteurs préférés, à voix haute c’est encore mieux, voire carrément recopier avec gourmandise certains passages dans un cahier, comme une espèce de collectionneur fou, le bonheur, en somme.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Caroline, oui, c’est bien d’analyser ce qu’on aime pas pour surtout ne pas le reproduire. Quand on l’a fait au départ, disons les deux premières années d’écriture, je pense qu’il ne faut plus le faire. Je pense qu’il faut alors seulement analyser ce qu’on veut faire. Car on ne peut s’appuyer que sur ses forces pour réussir quelque chose.
      C’est une bonne idée le collectionneur fou qui récolte des passages adorés. Je le fais parfois encore quand je suis frappée au cœur. Et c’est vrai que c’est du bonheur. C’est un peu ce que je fais dans la rubrique Livres à lire. J’y mets des passages que je trouve exceptionnels.

      Répondre
  4. Hiéra

    Je suis une lectrice avant tout, et j’ai du mal à envisager qu’on puisse vouloir écrire sans avoir un minimum de gout pour la lecture…
    Il y a tellement d’avantages à lire : améliorer son style, trouver des idées, connaitre les clichés et les règles du genre dans lequel on écrit, comprendre les mécanismes de la narration,etc (et le plaisir, bien sûr !)
    Et je suis d’accord avec Caroline, c’est très instructif de disséquer un roman qu’on n’apprécie pas !

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Hiéra, le bon sens n’est pas partagé par tout le monde et c’est bien dommage. L’idée qu’on peut écrire sans avoir lu me vient toujours de personnes qui réfléchissent trop et trop longtemps… Le cerveau, c’est comme le reste : ça a besoin de repos ! Que faire sinon en plaisanter ?

      Répondre
  5. Christine

    Ya même pas à discuter Laure ! Prétendre écrire sans lire… c’est juste comique.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Oui Christine, d’ailleurs j’ai cessé d’argumenter.

      Répondre
  6. RAHMANI Abdelfettah

    Bonjour Laure,
    Merci pour ce cadeaux. Je crois que la lecture pour un écrivain est essentielle, vitale.
    L’idée de lire peut comporter en synthétisant les quatre lettres :
    L = langage
    I = s’imprégner
    R = réfléchir
    E = s’enrichir
    Lire avec « amour » procure du plaisir, favorise l’imagination stimule le cerveau et pourquoi pas influencer le système des valeurs.
    Pour un écrivain, LIRE, c’est comme humer dans un jardin de fleurs, pour regarder une, se concentrer sur l’autre et chercher à découvrir sa beauté.
    Pour ma part, au fil des années, l’écriture me permet de s’interroger sur différentes questions ; repenser les idées,enrichir mon vocabulaire et améliorer mon style.
    J’ai visionné votre pertinent podcast, il me permettra d’aller plus loin pour « savourer » ce qu’on lit et autant que possible le « décortiquer ».
    Merci et passer une agréable journée.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Bonjour,
      Influencer le système de valeurs : tu mets le doigt sur une idée à laquelle je suis très sensible. Oui, on peut défendre des valeurs hautes par l’écriture.
      Ton LIRE est vraiment pertinent ! Merci.
      Excellent dimanche.

      Répondre
  7. Brigitte

    Bonjour Laure
    Dernièrement j’ai relu un livre de Madeleine Chapsal : Une femme en exil
    Je me suis arrêtée sur plusieurs passages de son livre au point de me reconnaitre ! sentir qu’on peut traverser des périodes similaires, c’est formidable… te dire que tu n’es pas seul sur le chemin, savoir qui tu es, et jusqu’ou tu peux aller avec l’écriture. Ces temps ci j’ai peu écrit, des événements de la vie quotidienne, imprévus, sont arrivés sur ma route, me perturbant, rompant un peu l’harmonie. Je sais, que par la suite je vais m’y remettre. Écrire permet de se dévoiler, d’aller vers le plus profond de soi, un don caché, que seule l’analyse permet de mettre au grand jour !
    Je te laisse un petit poème

    Je fonce vers l’horizon
    Je m’empare du temps
    Laissant la grisaille derrière moi
    Je vais dans mes turbulences
    Mes embellies
    Je suis multiple
    Je ne suis personne
    Je suis d’ailleurs
    Comme je suis d’ici

    Bises

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Brigitte,
      c’est tout à fait toi ton poème ! Merci pour ton poème, il me touche car je m’y reconnais aussi !
      Le moment est compliqué pour beaucoup en ce moment. Ca passera comme tout. En attendant, on ne rigole pas forcément tous les jours…
      J’aime les autobiographies, j’y trouve ce que je cherche, quelques mots, quelques phrases, une ou deux pensées. Et avec ça je peux faire ma route assez longtemps.
      Plein de bonnes choses à toi. Bises

      Répondre
  8. Christine

    Bonjour Laure, Je ne sais où te laisser un commentaire sur la vidéo que tu nous offres aujourd’hui, alors tant pis je le mets là. Beaucoup de force dans la voix, et une telle fluidité.Magnifique. C’est curieux, pour moi qui ne commande jamais de romans audio, de découvrir la différence entre un roman lu, et un audio. Incomparables. J’aime les deux.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Merci beaucoup Christine. Il faudrait que je m’entraîne car c’est encore imparfait, que je me renseigne et achète le matériel (je ne pense pas que ce soit très onéreux) et que j’enregistre tout le roman. Il n’y aurait pas d’images évidemment mais un MP3, ce serait vraiment bien. C’est beaucoup de travail alors ce n’est pas pour aujourd’hui car j’ai des priorités mais j’y songe.
      Pour le commentaires, tu pouvais le laisser sous la vidéo sur YouTube mais c’est bien aussi ici. Ravie que ça ta plaise.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *