Conversation : Face à face…

Face à face, et le néant s’efface…

Blaise Cendras, entretien avec Dieu

 

A paraître en 2018

 

(Il est écrit, corrigé, tapé, et il attend son heure… Il en existe aussi la version théâtrale mais il s’agira de voir si Amazon permet de mettre en ligne les deux versions, quasiment semblables.)

 

 

DIEU

Hé bien, Blaise, tu m’appelles.

Je me dois de répondre à tant d’accusions.

Le ciel te paraît sombre et tout est Golgotha.

Que veux-tu que je dise pour ma défense ?

Que j’ai mal conçu l’univers et ses mondes,

Que je n’avais pas prévu ce mal à chaque seconde,

Que je n’imaginais pas tant de violence dans l’être

Et qu’il lui est si difficile de se montrer honnête ?

Et bien, Blaise, je soupire et pleure comme toi !

Je ne vous oublie pas mais ne peux rien pour vous :

Vous avez fait de la beauté un univers de fous.

 

 

    CENDRARS

    Comment Seigneur ? Tu ne peux rien pour nous ?

Tu nous as conçus, nous sommes tes enfants,

Tu nous sors du néant, tu nous obliges à vivre

Et tu nous refuses maintenant ton aide divine !

Notre monde exténué court à sa perte.

Seigneur, sois sensible à nos plaintes !

Le père ne doit-il pas protection à ses fils ?

La mère ne soustrait-elle pas ses enfants à tous les vices ?

                     

 

DIEU

Blaise ! Ah, Blaise ! Tu me tortures !

Ne devines-tu point mes remords ?

Regarde mes blessures !

Je suis toujours Jésus montant au Golgotha.

Je regarde tous les jours ce monde,

C’est cela ma torture :

A chaque seconde constater les dégâts

Et voir l’homme passer de vie à trépas.