6 jeux d’écriture : comment manipuler ton lecteur ?

6 jeux d’écriture pour manipuler ton lecteur et l’emmener où tu veux

 

Jeu d’écriture n°1

 

Imagine une histoire de quelques pages qui se termine par cette dernière phrase : « Le cœur me battait en dévalant la route. Un bonheur insensé me portait vers la plaine. »

Il s’agit donc de penser à la fin de ton texte dès son début. Pourquoi ? Parce que la plupart du temps, on commence à écrire son roman sans savoir comment il se finira. Et cela peut poser bien des problèmes. Un roman est une rédaction qui s’étale dans le temps, ce qui nous laisse toutefois le loisir de trouver la fin. Mais pour une courte nouvelle, on a peu de temps : il faut trouver rapidement une fin à ton récit. Car c’est toi en décides et emmène ton lecteur où tu le veux. Sur la fin de roman, tu peux également lire cet article.

Un deuxième jeu semblable avec cette phrase de fin : « La maison serait-elle abandonnée ? J’en éprouvai une mélancolie absurde comme si une part de mon passé se détachait de moi. »

Et un troisième jeu : « Je n’ai pas peur de mourir, ni de souffrir, reprit-il en regardant par delà la vaste baie donnant sur une terrasse. J’ai peur de toi. »

 

Robert Sabatier
www.osez-ecrire-votre-roman.com

 

Jeu d’écriture n°2

 

Ecris un dialogue entre trois personnages. Deux personnages s’allient pour fustiger un troisième. Il s’agit donc d’une dispute.

L’idée est de sortir de l’écriture ordinaire puisque on trouve rarement des scènes de dispute dans les romans. Tout les coups sont permis, y compris les gros mots -ou pas ! La deuxième idée est de travailler sur un dialogue à trois. Nous avons tous tendance à nous en tenir au dialogue à deux personnages. Sur l’écriture de dialogue, un article ici.

Jeu d’écriture n°3

 

Ecris un poème en vers libres en remplissant les trous.

C’est une excellente manière de travailler tes images poétiques, ton lyrisme, ton imaginaire, de te laisser aller à moins de rationalité et davantage d’émotions, de sensations. La clef pour réussir un beau poème se trouve dans la visualisation et la sensation. La bonne poésie est toute en sensations et en émotions. Il faut donc savoir les évoquer fortement pour entraîner ton lecteur.

Santorin

Penche-toi si tu le peux, sur la mer obscure, oubliant

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Qui parcourent ton sommeil dans l’autre vie, l’engloutie.

Sur ton dernier coquillage, écris, si tu le peux,

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Et jette-le dans la mer, qu’il y disparaisse.

Nous nous sommes retrouvés nus sur la pierre ponce

……………………………………………………………………………………………………….

Regardant les îles rouges s’abîmer

……………………………………………………………………………………………………….

Dans leur sommeil, dans notre sommeil.

Nous nous sommes retrouvés nus, ici, inclinant

……………………………………………………………………………………………………….

Talon de la vigueur, vouloir sans faille, amour lucide,

………………………………………………………………………………………………………….

Voie du destin au bruit de la jeune paume frappant l’épaule ;

…………………………………………………………………………………………………………………..

En ce pays qui fut jadis le nôtre,

………………………………………………………………………………………………………………………

Autels détruits

………………………………………………………………………………………………………………………..

Feuilles de palmiers dans la boue.

Laisse, si tu le peux, tes mains voyager

………………………………………………………………………………………………………………………….

Qui toucha l’horizon.

 

Jeu d’écriture n°4

 

Invente une description qui évoque des sons.

L’intérêt est de faire travailler ton lecteur avec son oreille. Si par exemple tu décris une usine bruyante, c’est ton travail d’écrivain de faire en sorte qu’il soit submergé par le fracas assourdissant des machines. Si tu lui fais entendre un opéra sublime, transporte ton lecteur par la beauté des sons, de la musique. Pense au rythme, à la cadence pour cet exercice, bref travaille l’auditif. Il est souvent négligé par les auteurs.

 

Crédit photo : Frédéric Bisson

 

Maintenant, amuse-toi à l’inverse ! Crée du silence. Invente un texte qui permet au lecteur de se plonger dans le silence, de le ressentir.

Un article sur la description ici.

 

Jeu d’écriture n°5

 

Invente un texte à partir des mots qui vont suivre. Remplis les trous.

Il s’agit de trouver des solutions pour que le texte reste logique. L’idée est donc de faire travailler ton imaginaire et ta clarté mais sans la notion précédente de lyrisme (l’exercice n°3 avec le poème.)

Hélène s’assit lourdement. Elle………………………………….. Mais c’était inepte car ………………………………………. ; …………………………….……………………………….. C’était sans fin ! Elle se leva et ………………………………………. Quand la voiture tourna, ……………………………..………………………………………. Le soleil était bas à l’horizon, irréel, et……………………………………………….. Hélène sourit furtivement quand …………………………

Rien n’aurait pu lui………………………………………………………… Les roues tournaient à une vitesse ……………………… qui ………………….…………………………………………………………….. Hélène, la route, tout…………………………………….    Un silence descendit sur ……………………………………………………….., ………………………….., …………………………, ………………………………………………………………….

Une existence est parfois…………………………….; sans le saisir …………………………………………. Le soleil disparaissait derrière la colline, sombre et magnifique, …………………………………………………………………… Un soupir ………………………………………………et tout fut dit.

 

Jeu d’écriture n°6

 

A partir de ce dernier petit texte, laisse libre court à ton imagination. Etoffe-le et approprie-le toi complétement. Récris-le au moins deux fois plus long. Rend-le plus intéressant, plus subtil. Rapproche-toi de ton lecteur. Mets-toi à sa place. Reçoit-il vraiment ce que tu veux exprimer ?

 

Joseph Joubert

 

Ce sont des jeux d’écriture simples. Le but n’est pas de rendre plus complexes tes textes mais de travailler ta relation avec ton lecteur. Que lui donnes-tu ? Es-tu compréhensible ? Fais-tu exactement passer les émotions, les sensations que tu veux faire passer ? Fais-tu voir au lecteur exactement ce que tu veux qu’il visualise ? L’entraînes-tu où tu veux ? L’art est d’écrire un roman est un art profondément manipulatoire. C’est un contrat implicite entre le lecteur et toi. Quand il choisit de lire ton livre, il te délègue le pouvoir de l’emmener où tu veux. Si tu l’emmènes nulle part, où qu’il se sent emporté à moitié seulement, le contrat est caduc. Un bon roman emporte ton lecteur où toi, l’auteur, veut qu’il aille. Si tu lui fais oublier le monde pour s’immerger dans ton univers, évidemment tu as réussi ton roman.

J’espère que tu joueras avec ces jeux. Tu peux y jouer au rythme d’un par jour ou par semaine, peu importe, mais je te conseille vraiment de t’y amuser de temps à autre. C’est en écrivant qu’on s’améliore, pas en lisant des théories sur l’écriture… Tu peux lire autant d’articles que tu le veux sur l’écriture, si tu n’écris pas rien ne changera dans ta qualité d’écriture. Si tu décides de jouer avec ces jeux, fais-nous en part dans les commentaires. Cela donnera envie à d’autres lecteurs d’écrire, et nous donnera l’occasion de découvrir tes textes.

Je te souhaite de t’amuser. L’écriture de roman est manipulatoire, bien sûr, mais elle est surtout aussi jubilatoire pour l’écrivain… Sinon, à quoi bon ?

illustrationTéléchargez votre Cadeau

8 Commentaires

  1. Frédéric

    Bonjour Laure,
    Merci pour ces jeux d’écriture. Il est vrai que c’est en forgeant que l’on devient forgeron !

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Bonjour Frédéric,
      Oui, c’est tout simple : action ! Les jeux, c’est ludique. Je trouve que ça donne davantage envie de se mettre au boulot que de se dire : je dois écrire pour écrire et apprendre à écrire. Non, non, écrire avec plaisir. Sinon, ça ne sert à rien.

      Répondre
  2. Christine

    Merci Laure . De tous ces jeux d’écriture, Il y en a bien un qui me tente, c’est le poème à compléter, mais je verrai dans les jours à venir si l ‘inspiration me vient.

    Répondre
  3. Elhadj

    Bonjour,
    C’est vrai. La fin devrais être mûrement réfléchie, bien travaillée, qui laisse le lecteur sous le coup de l’émotion, tenant le roman entre ses mains, le regard figé sur les derniers mots, pensant,frissonnant de regrets peut-être, ou poussant des soupirs de chagrin, jusqu’à jaillir des larmes, en disant enfin que ce roman mérite d’être relu.
    Bonne journée à tout le monde.

    Répondre
  4. Didier

    Merci Laure pour nous proposer ces jeux d’écriture. Je vais donc suivre tes conseils et ma prochaine histoire partira d’un de tes défis. Je te montrerai le résultat si tu es ok.

    Répondre
  5. Christine

    Laure j’ai enfin pu mettre un commentaire sur Amazon, concernant le cheval de l irlandais et racines mêlées. Ils ont sans doute reçu leur politique ☺

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Oh, merci Christine ! Il est temps qu’ils se réveillent chez Amazon ! Je vais le lire.

      Répondre
  6. Christine

    Revu

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *