13 situations dramatiques pour écrire un roman (article n°3)

13 situations dramatiques pour écrire un roman (article n°3) d’après Georges Polti

 

Crédit photo : bengal*foam

Crédit photo : bengal*foam

 

Et voici, après l’article n°1 et 2 que vous pouvez consulter en cliquant ici(1) et ici (2), 13 dernières situations dramatiques décrites par Georges Polti. De bonnes vieilles recettes pour mijoter un  roman aux petits oignons. Recettes simples et efficaces qui ont maintes fois fait leurs preuves.

Recette n°1 :

Un personnage  supplie un autre personnage de l’aider. Sa vie peut par exemple être en danger. (Le Choix de Sophie, William Styron)

Recette n°2 :

Un personnage ou des personnages provoquent une catastrophe, une destruction quelle soit psychologique ou physique. Ce peut aussi être une catastrophe naturelle ; on retrouve cela dans une certaines catégorie de livres de science-fiction. (Les Diaboliques, Barbey d’Aurevilly)

Recette n°3 :

Un personnage voue une haine profonde à un autre personnage. Ce peut être un personnage pour un groupe, ou un groupe pour un autre, une guerre des clans, etc. (La Vérité sur Bébé Donge, Georges Simenon)

Recette n°4 :

Un personnage se laisse emporter à commettre un adultère meurtrier. Il tue un autre personnage pour posséder son mari ou sa femme. (au cinéma, c’est Ascenseur pour l’échafaud, Louis Malle)

 

Crédit photo : @HayeurJF

Crédit photo : @HayeurJF

 

Recette n°5 :

Un personnage ou un groupe commet une erreur fatale. (Hercule Poirot, Agatha Christie)

Recette n° 6 :

Un personnage sacrifie sa vie à un idéal. (La centrale d’énergie, John Buchan)

Recette n°7 :

Un personnage ou un groupe sacrifie un proche pour un idéal supérieur ou qu’il croit supérieur. (L’ignoble Torquemada dans la pièce de Victor Hugo)

Recette n°8 :

Un personnage commet un crime d’amour. (Carmen, Prosper Mérimée)

 

Crédit photo : ¡Classical Com

Crédit photo : ¡Classical Com

 

Recette n° 9 :

Un personnage aimé se déshonore en se livrant à des actes répréhensibles. (Before and after, de Rosellen Brown, devenu Le Poids du déshonneur au cinéma).

Recette n°10 :

Un personnage ou un groupe lutte contre dieu ou des dieux (dans l’Odyssée, Ulysse et ses compagnons passent leur temps à lutter contres les dieux avant de parvenir à retourner à Ithaque).

Recette n°11 :

Un personnage ou un groupe est victime d’une erreur judiciaire et condamné. (Le Comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas)

Recette n°12 :

Un ou des personnages, ou un groupe, ont mal agi. Ils sont rongés par le remords. (Là, ce sont deux personnages, deux complices, dans Thérèse Raquin, Zola)

Recette n° 13 :

Un ou des personnages se retrouvent ou se reconnaissent et vivent des retrouvailles après une longue absence. (L’Amour aux temps du choléra, Gabriel Garcia Marquez)

 

Crédit photo : Jinx!

Crédit photo : Jinx!

 

Voilà, la boucle est bouclée. Mais je pense qu’on pourrait dépasser le nombre de 36 situations dramatiques en se creusant la tête. Je le tenterai peut-être un jour. Pour voir les 23 autres situations dramatiques d’après Georges Polti, vous pouvez lire mon article n°1 et mon article n°2.

Et vous, avez-vous d’autres idées de situations dramatiques pour écrire un bon roman ? Vous pouvez partager vos idées ci-dessous, dans les commentaires.

 

 

 

illustrationTéléchargez votre Cadeau

3 Commentaires

  1. Marie-françoise

    Certains auteurs contemporains puisent allègrement dans leurs secrets de famille.La plupart du temps ils recouvrent les thèmes cités dans l’article .La
    nouveauté c’est qu’ils en revendiquent la transparence.

    Répondre
    1. Laure Gerbaud (Auteur de l'article)

      Oui, la pudeur leur semble vieux jeu ! On a créé le terme roman autofictionnel que je trouve discutable. Quand on écrit un roman, on met forcément de soi même quand on n’écrit pas sur soi.
      Un exemple frappant est le roman de Justine Lévy que je n’ai pas voulu lire, trouvant sordide une vengeance exercée sur des êtres réels par le biais d’un roman. Cela révulse mon sens de l’honneur, ce truc vieux jeu auquel je tiens ! On voit surtout beaucoup de biographies de journalistes qui sont des prétextes à assouvir leurs vengeances, tout cela dans un petit milieu parisien. Chez les romanciers de grande qualité, on ne voit pas ce genre de romans, dieu merci.

      Répondre
      1. Marie-françoise

        Oui.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *